Le Québec a accueilli 330 demanderesses d'asile enceintes depuis le mois de juillet. Une trentaine d'entre elles ont jusqu'à présent accouché, selon le Programme régional d'accueil et d'intégration des demandeurs d'asile (PRAIDA). Elles ont donc donné naissance à des bébés canadiens.

Un texte de Marie-Eve Cousineau

Beth (prénom fictif) fait partie de celles-là. Avec son mari et sa fille, elle a traversé, à pied et le ventre rond, le chemin Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle, en août. Elle n’en pouvait plus de vivre sous la menace d’une expulsion des États-Unis.

Beth voulait aussi un suivi de grossesse adéquat. Aux États-Unis, elle bénéficiait d’une assurance, mais elle devait payer une partie des examens médicaux. « Je n’avais pas cet argent-là, dit Beth, qui veut garder l’anonymat pour ne pas nuire à son dossier. C’était vraiment stressant pour moi parce que j’ai passé trois mois sans voir aucun médecin. »

Il y a deux mois, la migrante dans la trentaine a accouché d’une fille. Un bébé né à Montréal, qui représente en quelque sorte la première racine canadienne de la famille.

Beaucoup de migrantes enceintes croient que leur enfant canadien leur permettra de rester au pays, selon Frantz André, agent de communication du Comité d’action des personnes sans statut.

Le gouvernement canadien souligne que le fait d’avoir un enfant n’a aucune influence sur la demande de statut de réfugié. En décembre, Ottawa a d’ailleurs expulsé une famille originaire du Sri Lanka, bien intégrée au Québec et qui comptait dans ses rangs un bébé canadien.

L'avocat Stéphane Handfield craint que d'autres drames humains ne surviennent si des mères migrantes sont expulsées du Canada.

« Prenons l'hypothèse d'une mère monoparentale qui a un enfant canadien, dit-il. Elle n'a personne au Canada. Son enfant ne peut pas rentrer dans le pays d'origine parce qu'il n'a aucun statut. Il est citoyen canadien. Alors, on expulse Madame vers son pays d'origine et on fait quoi avec l'enfant? On le remet entre les mains des services sociaux ici au Canada? » Un cas extrême qui s'est déjà produit, selon Me Handfield.

Beth, elle, garde espoir de rester avec sa famille dans le pays de sa fille, le Canada. « Je vis d’espoir. Un grand espoir… »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards