Retour

Manifestation contre la brutalité policière : au moins 3 arrestations

Après environ une heure de marche entre le parc Lafontaine et le métro Beaudry dans le centre-ville, les policiers ont mis fin à la manifestation annuelle contre la brutalité policière en raison de cas de vandalisme de la part de manifestants. Au moins trois personnes ont été arrêtées.

Un texte de Xavier Savard-Fournier

Des projectiles ont aussi été lancés en direction des policiers. Selon le bilan provisoire de la police, trois membres du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont été légèrement blessés. Un citoyen a aussi été atteint à la tête par un projectile lancé par un manifestant. Il a été transporté à l'hôpital.

Comme chaque 15 mars, le Collectif opposé à la brutalité policière avait appelé les Montréalais à manifester pour exprimer leur colère face aux tactiques de répression et de la brutalité des corps policiers au Québec. Cette année, au moins 200 personnes ont répondu à l’appel.

Pour cette édition, le Collectif souhaitait aussi dénoncé ce qu’il considère être « une proximité entre la police et les groupes d’extrême droite », pouvait-on lire sur la page Facebook de l'événement.

Dès 17 h, les manifestants s'étaient rassemblés au parc Lafontaine pour un repas offert gratuitement par les organisateurs. La marche a commencé vers 19 h 50.

La manifestation a été pacifique jusqu’à l’arrivée du cortège sur la rue Ste-Catherine près du métro Beaudry.

Des manifestants ont alors fait exploser des feux d’artifice et ont vandalisé la façade de quelques commerces en lançant des pierres, des balles de peintures ainsi qu’en frappant avec des bâtons les vitres d’une banque et d’un café.

En raison des incidents, le SPVM a ordonné aux manifestants de se disperser.

L’escouade antiémeute a finalement chargé le groupe au coin des rues Ahmerst et Ste-Catherine, afin de disperser les manifestants.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité