Retour

Manifestation en Nouvelle-Écosse pour protéger les pitbulls

Une centaine de personnes ont crié haut et fort leur désir de protéger le droit d'élever des chiens pitbulls en Nouvelle-Écosse, allant même jusqu'à parler de « génocide » et de « discrimination raciale ».

Cette manifestation s'est déroulée dans la foulée de l'adoption d'un règlement controversé sur le contrôle des animaux à Montréal. Le règlement interdit la présence de tout nouveau pitbull sur le territoire de la ville et oblige les propriétaires actuels d'un tel chien à se plier à une série de règles de sécurité.

À Halifax, des propriétaires de chiens et des résidents membres du groupe de pression Halifax Bully Breeds dénoncent les lois sur la restriction à l'égard des pitbulls. Ils espèrent ainsi protéger leur droit d'élever cette race de chiens en Atlantique.

Ils étaient nombreux à être fâchés par l'adoption du règlement à Montréal et certains n'y sont pas allés de main morte, en parlant de profilage racial, de discrimination et même de génocide.

Un autre propriétaire de trois pitbulls à Halifax croit qu'il faut simplement bien éduquer le chien pour éviter les problèmes. « Ce n'est pas la race, c'est le propriétaire », dit Glen Zwicker. « C'est un génocide, comme ils le disent dans le journal », ajoute-t-il, en évoquant les paroles d'un autre propriétaire de chien relatés dans le journal Metro.

Au Québec, la Société protectrice des animaux tente de faire suspendre le règlement municipal ciblant les pitbulls.

Pendant ce temps, en Atlantique, des groupes de défense des animaux s'organisent afin de trouver des refuges aux pitbulls qui devront peut-être bientôt quitter Montréal.

Selon les informations de Stephanie Blanchet

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque