Retour

Manon Massé désignée potentielle première ministre pour Québec solidaire

La députée Manon Massé est officiellement devenue, samedi, candidate au poste de première ministre, advenant la victoire de Québec solidaire aux prochaines élections. Les militants du parti, réunis en conseil général, doivent également discuter du partage des pouvoirs avec l'éventuel vice-premier ministre, Gabriel Nadeau-Dubois.

Réunis à Québec, les militants solidaires ont entériné le choix de Mme Massé à 98 % lors d'un vote qui n'était qu'une simple formalité.

Les membres du parti sont toutefois conscients qu'une victoire du parti aux élections générales demeure « très hypothétique ».

Si cela se produisait, toutefois, Mme Massé serait première ministre et s'occuperait de l'action gouvernementale, tandis que son co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois deviendrait alors vice-premier ministre et se chargerait des travaux parlementaires et du menu législatif.

La discussion sur le partage des pouvoirs entre Mme Massé et M. Nadeau-Dubois se tiendra à huis clos.

Le rassemblement des instances nationales de QS est le dernier avant les élections du 1er octobre prochain.

Les délégués seront appelés à finaliser la préparation électorale, en plus de discuter des dossiers prioritaires pour Québec solidaire, dont la transition énergétique.

Gabriel Nadeau-Dubois positionne QS non pas « comme un parti de changement, mais comme un parti de rupture du système actuel, avec des propositions inédites ».

Manon Massé au conseil, coûte que coûte

Même si elle est en réadaptation après un sérieux accident de ski, Manon Massé s'est rendue au conseil, samedi.

Arrivée en fauteuil roulant, elle s'est ensuite munie de béquilles pour pouvoir se lever.

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques s'est fracturé un fémur, et malgré la gravité de cette blessure, elle espère retourner à l'Assemblée nationale avant la fin de la session.

En entrevue à La Presse canadienne, Mme Massé dit ne pas s'inquiéter des sondages qui ne donnent qu'entre 8 et 10 % des intentions de vote des Québécois à Québec solidaire. Elle reste convaincue que la force des idées de son parti et l'implication de plus en plus grande des jeunes au sein de QS feront mentir les enquêtes d'opinion.

Manon Massé admet toutefois qu'elle serait déçue si sa formation n'augmentait pas ses appuis aux prochaines élections.

À savoir si les départs des cofondateurs de Québec solidaire, Françoise David et Amir Khadir, pourraient avoir des répercussions négatives sur le parti, Mme Massé souligne que ces deux « piliers » continueront d'appuyer la formation et de s'y impliquer, même s'ils ne feront plus de la politique active.

Divisions environnementales

Dans le cadre des discussions sur les cibles de réduction des gaz à effet de serre (GES) d'un éventuel gouvernement solidaire, les militants rassemblés à Montréal sont apparus divisés, samedi.

Si certains appellent à une réduction de 67 % des émissions de GES d'ici l'an 2030, un rapport récemment publié indiquerait que cet objectif est irréaliste.

La possibilité d'ajuster cette cible à la baisse a entraîné de vifs échanges entre les militants. Finalement, les deux tiers des gens présents ont accepté de ramener l'objectif à 45 % de réduction d'ici 2030.

Avec les informations de Sébastien Bovet

Plus d'articles