Retour

Maria Sharapova suspendue deux ans pour usage de meldonium

La Russe Maria Sharapova s'est vu imposer une suspension de deux ans, mercredi, pour un test positif au meldonium aux derniers Internationaux d'Australie.

La peine est rétroactive au 26 janvier 2016, date où l'ancienne no 1 mondiale a été prise en défaut après son match de quart de finale. Toutes ses victoires et ses gains à partir de cette date lui sont également retirés.

C'est un tribunal indépendant, nommé par le programme antidopage de la Fédération internationale de tennis (ITF), qui a sanctionné celle qui a maintenant glissé au 26e rang du classement de la WTA.

Sharapova, 29 ans, ne pourra donc pas participer au tournoi olympique de Rio. La Fédération russe de tennis l'avait pourtant sélectionnée, malgré son test positif, dans son équipe.

La suspension de nombreux autres athlètes a été levée parce que l'on ne pouvait établir avec précision le moment où ils avaient cessé de consommer du meldonium.

Sharapova avait quant à elle reconnu, le 7 mars lors d'une conférence de presse à Los Angeles, qu'elle ignorait que le produit avait été ajouté à la liste des interdits de l'Agence mondiale antidopage (AMA) à partir du 1er janvier 2016 et qu'elle avait donc pris du meldonium après cette date.

Ce sont probablement ses aveux qui expliquent que la joueuse ait écopé de la sanction habituelle en cas de dopage. C'est en janvier, dans le laboratoire montréalais de l'Agence mondiale antidopage (AMA) que l'analyse des échantillons incriminant avait été effectuée.

« Depuis 10 ans, je prends un médicament sur prescription de mon médecin de famille [...] Ce médicament n'était pas sur la liste des produits prohibés par l'Agence mondiale antidopage. Mais le règlement a changé le 1er janvier dernier et ce médicament est devenu un produit prohibé, ce que je ne savais pas », avait-elle dit en mars.

« Je suis pleinement responsable, j'ai fait une énorme erreur, j'ai reçu un courriel de l'Agence mondiale antidopage fin décembre et je n'ai pas contrôlé la liste pour voir si ce médicament figurait maintenant sur la liste des produits prohibés », avait-elle poursuivi.

Après avoir admis avoir fait usage du produit interdit, elle a immédiatement demandé une audience devant un tribunal indépendant, comme le lui permettent les règles de l'ITF. Cette audience a eu lieu les 18 et 19 mai dernier et le tribunal a rendu mercredi sa décision.

Sharapova a déjà indiqué sur sa page Facebook qu'elle fera appel de cette suspension devant le Tribunal arbitral du sport.

Qu'est-ce que le meldonium?

Le médicament en question, le meldonium ou mildronate, lui était selon elle prescrit depuis 2006 pour « traiter des problèmes de santé récurrents, un déficit en magnésium, une arythmie cardiaque et des cas de diabète dans sa famille ».

Principalement utilisé dans la prévention des infarctus, il est classé parmi les hormones et modulateurs métaboliques (groupe S4) depuis le 1er janvier 2016.

De nombreux sportifs russes ont été déclarés positifs au meldonium ces derniers mois, mais l'AMA a annoncé en avril que les athlètes positifs à ce produit pourraient échapper à une suspension, car il est impossible de savoir combien de temps la substance reste dans l'organisme.

Sharapova, gagnante de cinq tournois du grand chelem et l'une des sportives les mieux payées du monde, avait perdu la plupart de ses commanditaires (Nike, Tag Heuer...) à la suite de l'annonce de sa suspension.

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) avait décidé de se passer également de ses services. Sharapova était « ambassadrice de bonne volonté » du PNUD, un poste bénévole et honorifique, depuis neuf ans.

Mais en milieu d'après-midi, Nike en a surpris plus d'un en levant la suspension de sa commandite avec Sharapova.

« Le Tribunal de l'ITF a statué que Maria n'avait pas enfreint les règles de façon intentionnelle, a écrit l'équipementier dans un communiqué. Maria a toujours été claire sur sa position et elle s'est excusée pour son erreur. [...] Nous espérons revoir Maria sur le court et nous maintenons notre association avec elle. »

Plus d'articles

Commentaires