Retour

Marie-Maude Denis et Patrick Lagacé devant la commission Chamberland

EN DIRECT - La commission Chamberland entend jeudi deux des journalistes qui ont été au coeur de ses travaux au cours des dernières semaines. La journaliste Marie-Maude Denis de l'émission Enquête a été la première à se présenter à la barre. Elle est maintenant suivie par Patrick Lagacé, chroniqueur au quotidien La Presse.

Marie-Maude Denis été visée par une autorisation judiciaire qui a permis à la Sûreté du Québec (SQ) d'épier son registre téléphonique pendant plusieurs années.

Elle était soupçonnée, comme cinq autres journalistes et cinq policiers, d'avoir divulgué des informations obtenues de l'écoute électronique visant l'ex-président de la FTQ, Michel Arsenault, dans le cadre de l'opération Diligence portant sur l'infiltration de l'industrie de la construction par le crime organisé.

En marge de son témoignage devant la commission Chamberland, Marie-Maude Denis a qualifié de « calomnie » l’allégation contenue dans les documents ayant permis à la division des normes professionnelles (DNP) de la SQ d'obtenir les registres téléphoniques de six journalistes, dont les siens, selon laquelle aurait existé une « relation intime » entre elle et l'ancien chef de l'escouade Marteau, Denis Morin.

« La personne qui est à l'origine de cette information-là est une personne qui ne me connaît ni de près, ni de loin », a-t-elle tempêté.

« Alors, mettre des affabulations comme ça dans un document judiciaire, je trouve ça grave. Pour moi, pour Denis Morin, pour sa conjointe, pour mon conjoint. Ce n'est vraiment pas une situation qui est acceptable », a-t-elle lancé en point de presse.

Lors de son témoignage mardi, M. Morin avait pour sa part nié avoir entretenu une relation personnelle avec Mme Denis. Il avait de même nié formellement avoir transmis de l'information à quiconque au sujet de l'enquête Diligence.

La semaine dernière, l'enquêteur Marcel Lagacé de la division des normes professionnelles (DNP) de la Sûreté du Québec avait révélé à la commission que six journalistes, dont Marie-Maude Denis, de l'émission Enquête de Radio-Canada, et cinq policiers, dont Denis Morin et Sylvain Tremblay, avaient été soupçonnés en 2014 d'avoir enfreint l'article 193 du Code criminel, qui interdit la divulgation d'informations issues de l'écoute électronique.

Le témoignage de Lagacé en cours

Patrick Lagacé s'est retrouvé au coeur de plusieurs histoires abordées par la commission. Il a aussi été visé par des autorisations judicaires demandées par le Service de police de la Ville de Montréal dans deux affaires distinctes.

La première autorisation a été obtenue après qu'il eut mis la main sur une contravention qui avait été donnée à Denis Coderre en 2012, avant que celui-ci ne soit maire de Montréal.

D'autres autorisations le visant ont été obtenues par la police de Montréal dans le cadre de son enquête pour abus de confiance ciblant des policiers soupçonnés d'avoir divulgué des informations.

Plus d'articles

Commentaires