Les Sharks de San José n'ont pas rendu leur dernier souffle. Les Californiens ont gagné 4-2 contre les Penguins jeudi, à Pittsburgh, dans une rencontre où ils ont été littéralement dominés.

L'avance des Pennsylvaniens est réduite à 3-2.

Cette deuxième victoire en finale de la Coupe Stanley, les Sharks la doivent à Martin Jones. Le gardien canadien a fait face à un barrage de 46 tirs, dont plusieurs sont provenus des abords de son filet.

La première étoile du match a répondu présente et s'est dressée devant les attaques répétées des joueurs des Penguins.

Les Sharks ont ainsi remporté leur troisième rencontre sans lendemain du tournoi printanier 2016. Ils avaient préalablement vaincu les Predators de Nashville 5-0 et les Blues de Saint Louis 5-2 lors de duels numéro 7.

Les canons se réveillent

Brent Burns, Logan Couture, Joe Pavelski et Joe Thornton n'avaient pas trouvé le moyen de résoudre l'énigme Matt Murray dans les quatre premiers rendez-vous. La moitié du quatuor émérite a réussi à sortir de sa torpeur dès la période initiale.

Burns et Couture ont tour à tour touché la cible dans les premiers instants de la rencontre. Le but du défenseur des Sharks a d'ailleurs mis un terme à deux vilaines séquences.

Il a permis aux siens d'être la première équipe à noircir la feuille de pointage, ce qui ne s'était pas produit depuis le début de la série. Les Sharks ont du coup pris l'ascendant sur les Penguins, une première en 255 min 57 s de temps de jeu.

Les célébrations ont toutefois été de très courte durée. Un peu plus de deux minutes après la réussite de Couture, les visiteurs étaient de retour à la case départ. Vingt-deux secondes ont effectivement suffi aux Penguins pour égaliser la marque 2-2.

Evgeni Malkin, en avantage numérique, et Carl Hagelin ont chacun envoyé la rondelle derrière Jones. Les Pennsylvaniens ont conservé leur rythme de croisière et ont généreusement attaqué la cage adverse, sans toutefois ajouter un troisième but.

Murray chancelant

Le festival offensif au premier engagement s'est poursuivi par l'entremise de Melker Karlsson. Aidé de Couture, qui avait également amassé une passe sur le but de Burns, le joueur de centre a marqué son deuxième filet en deux matchs et a redonné une longueur d'avance à San José.

Le gardien des Penguins a connu un premier tiers cauchemardesque. Déjoué à trois reprises sur seulement sept tirs, le héros des éliminatoires 2016 a affiché des statistiques à l'opposé de celles qu'il avait présentées depuis le début de la grande finale.

Murray a paru surpris par les frappes de Burns et de Karlsson. Le lancer de l'arrière offensif s'est frayé un chemin au-dessus de son bloqueur et a terminé son parcours dans la lucarne, tandis que celui de l'attaquant de soutien a ricoché sur sa mitaine, avant de franchir la ligne rouge.

Le portier recrue est demeuré en poste lorsque la deuxième période a pris son envol. Il s'est ressaisi et a repoussé toutes les rondelles qui ont été dirigées vers lui, tout comme son vis-à-vis.

Jones a signé plusieurs bijoux au deuxième vingt pour maintenir le score intact. Nick Bonino peut aisément en témoigner. Le rapide attaquant a été privé d'un but certain lorsque l'homme masqué des Sharks s'est étiré de tout son long pour stopper le disque avec sa jambière gauche.

Jones a transposé ses succès du deuxième au troisième engagement. Il a ajouté 14 arrêts pour conclure sa soirée de travail avec un total de 44.

Pavelski a cloué le cercueil des locaux avec une réussite dans un filet désert. Le capitaine des Sharks, qui trône au sommet des buteurs (14) de la Ligue nationale, sera sans doute fort heureux d'enfin briser la glace en grande finale.

Les Penguins auront une seconde occasion de soulever le précieux trophée dimanche à San José. Les trois conquêtes de la Coupe Stanley des Pennsylvaniens ont d'ailleurs été obtenues à l'étranger.

Les hommes de Peter DeBoer, quant à eux, tenteront d'amasser un troisième triomphe pour pousser la série à la limite.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine