Retour

Martine Ouellet attaque Sylvain Gaudreault et « l'establishment » du PQ

Martine Ouellet accuse le chef intérimaire du Parti québécois (PQ) de s'ingérer de façon « inacceptable » dans la course à la direction en cherchant à « restreindre [sa] liberté de parole ». Elle dénonce aussi « l'insensibilité » de « l'establishment » du parti, qui a diffusé une vidéo promotionnelle dans laquelle elle brille par son absence.

Dans une mêlée de presse mardi matin à l'Assemblée nationale, Mme Ouellet était interrogée sur cette vidéo lancée à l'occasion de la rentrée parlementaire. Après une introduction du chef Sylvain Gaudreault, 24 des 28 députés du parti s'y présentent à tour de rôle, avant de lancer à l'unisson le slogan « Nous sommes le Parti québécois ».

Mme Ouellet s'est dite « surprise » de ne pas figurer dans la vidéo, ce qu'elle attribue à un imbroglio. « C'est dommage de voir qu'un événement comme celui de la vidéo vient occuper toute la rentrée parlementaire », a-t-elle ajouté.

Lorsqu'un journaliste lui a demandé peu après si un fossé se creusait entre le PQ, son « establishment » et elle, Mme Ouellet ne s'est pas fait prier pour livrer le fond de sa pensée.

« Je ne veux pas mêler le Parti québécois et l'establishment. Ces deux affaires sont complètement différentes. Et même les membres, à la base, sont tannés de l'influence indue et de la volonté de la mainmise de l'establishment sur le Parti québécois », a-t-elle commenté.

Lorsqu'on lui a demandé si elle avait l'impression que l'establishment lui demandait de rentrer dans le rang, elle en a rajouté. « Ce n'est pas seulement qu'une impression. C'est clairement différentes actions qui vont dans ce sens-là », a-t-elle laissé tomber.

Mme Ouellet a ensuite été interrogée sur un article publié par La Presse, la semaine dernière, selon lequel M. Gaudreault l'avait critiquée lors d'une rencontre en privé pour avoir participé à une conférence de presse commune avec Québec solidaire pour attaquer le projet de loi 106 visant à créer TransÉnergie Québec.

« C'est inacceptable cette ingérence-là dans la course à la chefferie », a-t-elle répliqué, en défendant sa décision « tout à fait normale » de participer à l'événement et de prendre position sur divers dossiers, à titre de candidate à la direction du parti.

« M. Gaudreault s'ingère dans la course? », l'ont relancé les journalistes.

« On l'a vu dans ce cas-là, effectivement, vouloir restreindre ma liberté de parole à certains dossiers. Il m'a aussi reproché d'avoir demandé la démission de Gaétan Barrette sur le dossier de l'attentat du 4 septembre » 2012 au Métropolis, a-t-elle ajouté.

« Je ne comprends pas que ces rencontres-là aient été rendues publiques de cette façon-là », a ensuite ajouté Mme Ouellet, au sujet de ses discussions avec M. Gaudreault.

Dans un point de presse subséquent, M. Gaudreault s'est défendu de s'ingérer dans la course à la direction.

L'imbroglio de la vidéo

En entrevue à ICI RDI un peu plus tôt, M. Gaudreault avait cherché à minimiser l'absence de Mme Ouellet dans la vidéo promotionnelle du parti. Selon lui, « quatre députés, pour différentes raisons, incluant Mme Ouellet, n'ont pas pu y participer ».

Il a convenu par la suite que le problème tournait autour du fait que Mme Ouellet tenait à se déclarer « indépendantiste ». « On me dit qu'il y avait ça, et qu'elle hésitait à dire le nom de son comté », a-t-il convenu.

« C'est des choses qui m'apparaissent mineures à régler. Ça va être fait. Je sais qu'il y avait des contacts qui étaient en cours entre les gens de son bureau et le parti », a-t-il conclut à ce sujet.

Martine Ouellet explique pour sa part qu'elle souhaitait dire, durant son segment, « Je suis indépendantiste » à la place du slogan adopté par ses collègues.

« Je posais des questions, je demandais "est-ce que le concept est définitif?", "est-ce qu'on peut faire des ajustements?" Il y avait une ouverture, mais lorsque je me suis retrouvée en studio devant la caméra, ça ne s'est juste pas fait [...] si on m'avait expliqué le concept, de ce que j'ai vu dans la publicité, j'aurais participé avec plaisir », s'est-elle exclamée en entrevue à 24/60.

La candidate à la course à la direction dénonce une « manoeuvre » utilisée contre elle.

Plus tôt mardi matin, Martine Ouellet a accepté de participer à une vidéo, réalisée par l'équipe de l'émission Infoman, parodiant celle du Parti québécois. Mme Ouellet se défend d'avoir voulu servir une dernière boutade à ses collègues avec cette vidéo, qui a finalement été diffusée en après-midi sur les réseaux sociaux.

« Je pense qu'il faut avoir un peu d'humour [...] je crois que c'est une bonne chose en politique d'avoir un peu d'humour », a-t-elle commenté.

Les récents accrochages survenus entre Martine Ouellet et Sylvain Gaudreault ont contribué à alimenter des rumeurs voulant que la députée de Vachon quitte les rangs péquistes pour rejoindre la formation indépendantiste Option nationale.

Balayant ces rumeurs, qu'elle qualifie de « fausses », de la main, Martine Ouellet a réitéré qu'elle s'était déjà engagée à défendre les couleurs du Parti québécois lors des élections de 2018.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine