Retour

Médecins du Monde soigne des enfants sans assurance maladie

Dans la salle d'attente de la clinique de Médecins du Monde de Montréal , des dizaines de patients attendent, dans l'espoir de voir un médecin. Parmi eux, des enfants de 1, 4, 6 ou 9 ans qui n'ont pas droit à la carte d'assurance maladie. Ces enfants qui sont pourtant nés au Canada et qui n'ont jamais vécu ailleurs qu'au Québec.

Un texte de Tamara Alteresco

« C'est comme des citoyens canadiens, mais de seconde zone. Ils sont nés ici, mais c'est la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) qui tranche », explique l'infirmière Pénélope Boudreault de la clinique de Médecins du Monde. Cette clinique est la seule qui offre des soins gratuits aux migrants qui ne sont pas admissibles à l'assurance maladie.

Ces enfants, bien que Canadiens, sont jugés en vertu du statut de leurs parents, selon la Loi sur l'assurance maladie.

Nous avons rencontré une jeune mère originaire du Mexique, qui vit à Montréal sans statut légal depuis des années. Elle attendait, son bébé dans les bras, de voir un médecin bénévole.

« Je suis angoissée, le pire pour moi c'est de ne pas savoir où aller en cas d'urgence [...] Pourtant ma fille est une citoyenne canadienne », dit-elle.

Selon Médecins du Monde, il y aurait près de 1200 enfants dans la même situation au Québec. Et ce en dépit d'une modification à la loi apportée en 2001 et qui stipule qu'« un mineur non émancipé qui n’est pas déjà domicilié au Québec [...] est considéré domicilié au Québec, lorsqu’il y est établi ».

Selon la directrice des opérations nationales de Médecins du Monde, Véronique Houle, le terme « établi » est trop vague. « On est dans le cas par cas. Ça reste flou et il reste aux parents de prouver leur intention de s'établir en vertu des critères que demande la RAMQ. »

Comment un enfant qui n'a jamais connu d'autres endroits que le Québec peut-il être considéré comme non établi ?

Au ministère de la Santé , on explique que, « pour déterminer si un enfant mineur est établi au Québec, il faut d'abord déterminer si les parents ou son tuteur sont établis au Québec. L'établissement des parents s'infère des déclarations des personnes et des circonstances. », affirme la porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux, Noémie Vanheuverzwijn.

De son côté, la RAMQ affirme que 5000 enfants se sont vus reconnaître une couverture à l'assurance maladie depuis 2001 en dépit du statut précaire de leur parent. La Régie n'était pas en mesure de dire combien ont été refusés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine