Retour

Médicaments : factures détaillées dès vendredi dans les pharmacies

Le gouvernement du Québec prend les grands moyens pour provoquer une baisse des prix des médicaments. Une initiative qui inquiète l'industrie pharmaceutique.

Un texte de Davide Gentile

L'affaire est perçue comme un petit tremblement de terre dans les pharmacies du Québec. Dès vendredi, chaque facture de médicament sera détaillée. En plus du coût total, elle devra préciser le coût de la molécule elle-même, celui de la marge perçue par le distributeur et les honoraires du pharmacien. C'est ce dernier élément qui risque de provoquer un jeu de comparaisons désavantageuses pour certains.

« On peut voir que les honoraires du pharmacien, pour le même médicament dans une même région, peuvent varier du simple, au double, au triple », affirme Lyne Duhaime. La présidente de l'Association canadienne des compagnies d'assurance de personnes (ACCAP) souhaitait depuis longtemps plus de transparence. Parce que le coût des régimes privés explose depuis une vingtaine d'années.

Les honoraires sont l'un des éléments qui expliquerait cette hausse, tout comme la multiplication des médicaments et le vieillissement de la population. Mais Lyne Duhaime affirme que les honoraires des pharmaciens sont 10 % plus élevés au Québec qu'en Ontario. Elle souhaite que les assurés du secteur privé ajustent leurs habitudes d'achat en fonction des prix.

« Ça permet au citoyen de comparer d'une pharmacie à l'autre. Et ça permet aussi à l'assureur de comparer », mentionne le ministre de la Santé du Québec Gaétan Barrette. Il souhaite que les factures détaillées forcent une baisse des prix.

Impossible cependant pour les assureurs de dicter à leurs clients de quelles pharmacies ils devraient acheter leurs médicaments.

« La première étape, c'est une prise de conscience », affirme Lyne Duhaime. Ce sont peut-être les employeurs qui vont inciter leurs salariés à magasiner leurs médicaments, pour éviter une explosion du coût des primes. « Et des outils de comparaison peuvent êtres déployés » ajoute Mme Duhaime.

Mesure inéquitable, selon les pharmaciens-propriétaires

Du côté des pharmaciens-propriétaires, on se plie à la directive après des années de lutte contre les factures détaillées.

« Nous, on va se conformer le 15. On est prêts », souligne Jean Bourcier, directeur général de l'Association québécoise des pharmaciens-propriétaires (AQPP). Mais sur le fond, les pharmaciens-propriétaires estiment que la mesure est inéquitable. Ils souhaiteraient que les assureurs soient soumis eux aussi à ce genre de transparence.

« Que les participants au régime aient une vue plus claire de ce qu'ils paient et de ce qu'ils obtiennent quant à leurs assurances collectives », soutient Jean Bourcier. Il ne craint pas que les pharmaciens soient face à des clients insatisfaits vendredi matin, mais plusieurs devront probablement passer du temps à expliquer leur travail aux clients.

Reste que l'inquiétude est réelle dans le secteur. Plusieurs pharmaciens qui ont voulu conserver l'anonymat ont expliqué à Radio-Canada que cette mesure allait provoquer une baisse de revenus pour certains.

La facture détaillée ne devrait pas avoir de fortes incidences chez les assurés du régime public, puisque les honoraires sont fixes et ne peuvent varier d'une pharmacie à l'autre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine