Retour

Memphis se souvient des 50 ans de l’assassinat de Martin Luther King

Un demi-siècle s'est écoulé depuis la mort de Martin Luther King, héros de la lutte pour les droits civiques. Un peu partout aux États-Unis, des événements ont honoré sa mémoire, mercredi, notamment à Memphis, où le pasteur a été assassiné le 4 avril 1968 sur le balcon du motel Lorraine.

Un photoreportage de Christian Latreille et Yanik Dumont Baron

Des commémorations se sont déroulées toute la journée dans cette ville mythique du Tennessee. De nombreuses personnes se sont rassemblées devant le vieux motel, qui n’a pas vraiment changé depuis 1968.

Il y a 50 ans, le pasteur King était abattu par un ségrégationniste blanc, peu avant l'heure du souper.

L’événement avait provoqué une série d’émeutes aux États-Unis, et principalement à Memphis, une ville majoritairement noire qui ne s’est jamais vraiment remise de ces émeutes.

Le fugitif avait finalement été arrêté quelques mois plus tard, à Londres.

Hommages à Memphis

Près du motel Lorraine, où Martin Luther King a rendu son dernier souffle, des milliers de personnes se sont rassemblées et des citoyens sont venus témoigner de l'influence du révérend dans leur vie.

« Je suis encore anxieux et frustré. La tâche que nous nous sommes donnée n’est pas encore finie », a déclaré le révérend James Lawson à propos de la croisade de Martin Luther King pour l’égalité pour tous. C’est lui qui avait invité le pasteur à Memphis en 1968.

« On tombe, on se relève, les champions n'ont pas leur place au sol », a dit à la foule le révérend et leader des droits civiques Jesse Jackson, depuis le balcon du motel où il a été l'un des premiers à accourir après l'assassinat de King.

Martin Luther King représentait « la guérison et l'espoir; il n'est pas mort en vain », a ajouté Jesse Jackson.

L'héritage de Martin Luther King, « ce n'est pas seulement de s'en souvenir, [mais] de suivre ses pas pour transformer notre pays », a lancé le sénateur démocrate Bernie Sanders, lui aussi présent à Memphis.

« La façon la plus authentique d'honorer mon père est de s'engager pour créer un monde plus juste, pacifique et humain », a pour sa part écrit sur Twitter Bernice King, fils de Martin Luther King, depuis Atlanta, ville natale du célèbre pasteur. « Que les déclarations coïncident avec des efforts délibérés pour éradiquer la pauvreté, le militarisme et le racisme. »

Martin Luther King III, autre fils du pasteur King, a annoncé sur les ondes de CNN le lancement prochain d'une initiative mondiale destinée à encourager la non-violence chez les jeunes, en collaboration avec les familles du Mahatma Gandhi et de Nelson Mandela.

« Même s'il a été pris à cette Terre de façon injuste, il nous a laissé en héritage la justice et la paix », a déclaré dans un communiqué officiel le président américain, Donald Trump.

À 18 h 01, heure précise de l'assassinat de Martin Luther King à Memphis, toutes les cloches des églises américaines ont sonné en choeur 39 coups, pour les 39 ans qu'avait l'emblématique pasteur au moment de sa mort.

Monument de la lutte pour les droits civiques

Issu d’une famille religieuse et traditionnelle, Martin Luther King se fait connaître en décembre 1955 en s’impliquant dans un mouvement pacifique visant à mettre fin à la ségrégation raciale dans les transports publics de Montgomery, en Alabama, après l’arrestation de Rosa Parks. La Cour suprême lui donnera raison.

En 1963, le pasteur met de nouveau son talent d’orateur et son penchant pour des actions de désobéissance civile dénuées de toute violence au service de la lutte pour les droits civiques des Noirs en organisant toute une série de coups d’éclat dans la ville de Birmingham, aussi en Alabama.

Il organise alors des sit-in dans divers établissements ainsi que des marches pacifiques afin de provoquer des arrestations. La réponse des forces de l’ordre lui permet d’atteindre son objectif : mettre en évidence la violence policière pour forcer l’adoption d’une loi sur les droits civiques.

La répression policière choque les Américains et contribue au succès d’une grande marche qu’il organise à Washington, le 28 août 1963. Il prononce à cette occasion son célèbre discours I Have a Dream, dans lequel il invite les Américains, Noirs ou Blancs, à s'unir.

L'année suivante, le président Lyndon B. Johnson fait adopter une loi sur les droits civiques, et Martin Luther King obtient le prix Nobel de la paix.

Le 4 avril 1968, Martin Luther King est assassiné par balle à Memphis, dans le Tennessee, par un dénommé James Earl Ray. Cinquante ans plus tard, la famille du pasteur croit toujours que ce dernier n’est pas coupable de cet assassinat et privilégie plutôt la thèse du complot.

Plus d'articles