Retour

« Mes fils m'ont glissé des mains », raconte le père

Le père du petit naufragé syrien - dont la photo a fait le tour du monde - a raconté que ses fils lui avaient « glissé des mains » lorsque l'embarcation qui devait les emmener en Grèce a chaviré.

La mer a rejeté le corps du petit garçon de 3 ans ainsi que celui de son frère de 5 ans, Ghaleb, et de sa mère de 27 ans, Rihanna. La famille faisait partie d'un groupe de 23 Syriens qui se sont embarqués sur deux embarcations dans l'espoir de gagner l'île de Kos, en Grèce, depuis la côte turque.

Le capitaine de l'embarcation a paniqué en raison de la taille des vagues, selon Abdullah Kurdi, le père des enfants. Il a sauté à la mer, lui abandonnant le contrôle du petit bateau.

« Nous avions des gilets de sauvetage, mais le bateau a subitement chaviré parce que des gens se sont levés », a-t-il relaté. « Je tenais la main de ma femme, mais mes enfants m'ont glissé des mains », a raconté Abdullah Kurdi à l'agence de presse Dogan.

« Il faisait noir et tout le monde criait, poursuit-il. C'est pour ça que ma femme et mes enfants n'ont pas pu entendre ma voix. J'ai essayé de nager jusqu'à la côte grâce aux lumières, mais je n'ai pas pu retrouver ma femme et mes enfants une fois à terre », a poursuivi M. Kurdi.

« Je suis allé à l'hôpital et c'est là que j'ai appris la mauvaise nouvelle. » Il s'est alors rendu à la morgue pour identifier le corps de son fils.

La sœur d'Abdullah, Fatima - qui habite la région de Vancouver, en Colombie-Britannique - a raconté que la mère ne voulait pas effectuer la traversée. « Elle ne savait pas nager, pas plus que les enfants, et elle avait peur de l'eau », a-t-elle relaté. Son frère lui a toutefois envoyé texto pour lui annoncer qu'ils quittaient la Turquie par la mer.

En larme, la femme a raconté qu'elle s'est inquiétée de ne pas avoir de nouvelles pendant plus d'une journée. « La traversée ne devait prendre que 30 minutes », explique-t-elle. Ses inquiétudes se sont concrétisées lorsqu'elle a constaté qu'elle avait des centaines de messages à son réveil mercredi matin. « Je savais que quelque chose était arrivé ».

La famille n'en était pas à sa première tentative de rallier la Grèce, a également raconté le père de famille. Les quatre membres de la famille avaient déjà tenté une première traversée, mais ils avaient été interceptés par la Garde côtière grecque.

Originaire de la ville kurde de Kobané, en Syrie, la famille a fui les affrontements entre les djihadistes de l'État islamique et les milices kurdes. 

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires