Le sénateur Mike Duffy a fait une première apparition au parlement depuis son acquittement dans le cadre de son procès pour fraude, abus de confiance et corruption. Le retour du sénateur soulève des questions quant à son salaire et au rôle qu'il jouera à la Chambre haute.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Mike Duffy est arrivé sur la colline du Parlement au volant de son véhicule. Il était attendu par des caméramans, des photographes et des journalistes, qui l'ont suivi du stationnement jusqu'à la porte d'entrée du Sénat. Plusieurs questions lui ont été posées. Mike Duffy a gardé le silence.

Il y a moins de deux semaines, Mike Duffy a été acquitté des 31 chefs d'accusation de fraude, d'abus de confiance et de corruption auxquels il faisait face. La nature du verdict lui permettait de réintégrer le Sénat avec salaire.

Pendant près de deux ans, Mike Duffy avait été suspendu sans salaire.

Le sénateur n'a toujours pas laissé savoir s'il demanderait une compensation à l'administration de la Chambre haute, étant donné le verdict dans son procès.

Après la décision du juge, son avocat avait déclaré en entrevue à CBC que s'il était son client, « il demanderait certainement une compensation ». Selon Donald Bayne, la décision du Sénat de cesser de payer son client « était contraire à la règle de droit » dans un pays où la présomption d'innocence doit prévaloir.

Avis partagés sur une compensation

Au Parlement, les avis sont divisés sur cette question de la compensation. Pour le leader conservateur au Sénat, Claude Carignan, la suspension n'était pas liée au procès. « Il a été suspendu pour des motifs disciplinaires, pour de la négligence dans l'administration qu'il a faite de son bureau. Il a eu des accusations criminelles pour quelque chose qui est complètement différent [...] Ce sont deux dossiers complètement différents », explique-t-il.

L'opposition néo-démocrate ne croit pas qu'une compensation soit justifiée.

Le sénateur conservateur Jean-Guy Dagenais, de son côté, ne serait pas offusqué si Mike Duffy exigeait de toucher les montants qu'il n'a pas reçus.

Le sénateur donne en exemple des cas qu'il a traités lorsqu'il était président de l'Association des policières et des policiers provinciaux du Québec. « Lorsque des membres étaient acquittés, comme président de l'association, je négociais avec l'employeur pour que les salaires soient remboursés rétroactivement », explique-t-il.

Retour au caucus conservateur?

Pour le moment, Mike Duffy est sénateur indépendant. Celui qui a été une tête d'affiche du Parti conservateur au Sénat serait-il tenté de réintégrer son ancienne formation politique? Pour cette question, comme pour toutes les autres, Mike Duffy reste silencieux.

Plus d'articles

Commentaires