Retour

Mise à jour - Des facteurs de Postes Canada refusent de livrer des dépliants anti-avortement

Quatre facteurs de Postes Canada, à Saskatoon, ont décidé de refuser de livrer des dépliants anti-avortement du groupe pro-vie Canadian Centre for Bio-ethical Reform (Centre canadien pour des réformes bioéthiques) basé à Calgary.

Les dépliants, où l'on peut voir les images de foetus ensanglantés aux côtés du chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, doivent être distribués dans la ville à partir de mercredi.

Le groupe dénonce la position pro-choix des libéraux, dont le chef a fait savoir l'an dernier que les opposants à l'avortement ne seront plus les bienvenus comme candidats de son parti lors de la prochaine campagne électorale.

La présidente de la section locale du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), Julee Sanderson, a dit avoir exprimé les inquiétudes de ses collègues au siège national.

« [Les facteurs] ne veulent pas faire l'objet d'un examen de la part du public en livrant un tract qui est de façon claire politique et dont le but est de choquer les gens, a-t-elle expliqué. Beaucoup d'entre eux croient que Postes Canada ne devrait pas s'engager dans ce type de livraison. »

Julee Sanderson a dit que les facteurs récalcitrants voient dans leur refus un désir de protéger la liberté des citoyens.

Postes Canada dit ne pas avoir le choix. Dans un message adressé à Radio-Canada, la société d'État soutient qu'elle est obligée de livrer les brochures aux citoyens canadiens.

« Nous sommes responsables de la livraison physique de tout le courrier au Canada. Légalement, nous n'avons pas le droit de refuser de livrer un article de courrier même si nous désapprouvons son contenu ou si d'autres s'y opposent. Toute personne qui a des préoccupations au sujet du contenu devrait contacter l'expéditeur ou jeter l'article », a affirmé son porte-parole Phil Legault.

Julee Sanderson a quant à elle expliqué que le refus de livrer du courrier peut mener à une suspension sans solde de trois à cinq jours.

Une dépense électorale ?

Ces dépliants distribués pourraient être soumis aux règles qui encadrent les dépenses électorales, puisque la campagne vise le chef libéral Justin Trudeau et que l'enveloppe indique que son contenu présente des informations sur les élections en cours.

Un groupe qui dépense plus de 500 $ en publicité électorale doit s'enregistrer auprès d'Élections Canada, indique le directeur général des élections du Canada, Marc Mayrand. Par la suite, le groupe tiers peut dépenser jusqu'à 200 000 $ en publicité électorale.

Dans l'éventualité où le groupe en question omet de s'enregistrer, le commissaire aux élections pourrait ouvrir une enquête et déposer une poursuite au procureur général.

Les dépliants distribués normalement par des membres du groupe pro-vie Canadian Centre for Bio-ethical Reform ont déjà fait l'objet d'une controverse en juin lorsqu'un résident de Saskatoon a déposé une plainte formelle à l'encontre de l'organisation pour les avoir fait circuler dans le cadre d'une campagne anti-avortement. Robert Rudechyk a qualifié le contenu visuel des dépliants de « dérangeant. »

Plus d'articles

Commentaires