Retour

Mobilisation mondiale pour la conclusion d'un accord sur le climat

Des citoyens de partout dans le monde ont marché dimanche pour exiger un accord ambitieux des 150 chefs d'État et de gouvernement qui se réuniront en France pour la conférence de Paris sur les changements climatiques.

À Sydney, en Australie, 45 000 personnes ont défilé dans les rues. À Londres, malgré le froid et la pluie, ils étaient plus de 50 000 à battre le pavé.

Un millier de manifestants sont descendus dans la rue à Athènes. À Stockholm, ils étaient environ 4000. À Copenhague, quatre hommes déguisés en ours polaires ont exposé leur « sculpture », une dépouille d'ours blanc recouvert de pétrole et empalé sur un pipeline, qu'ils comptent apporter à Paris.

À Berlin, ils étaient de 12 000 à 17 000 à marcher jusqu'à la porte de Brandebourg. Un millier de manifestants ont bravé la pluie à Séoul, capitale de la Corée du Sud. Un rassemblement a également eu lieu à Delhi, en Inde.

Toute la journée, plus de 2000 manifestations étaient prévues partout dans le monde. Un millier de Masaï ont même promis de marcher pour le développement des énergies renouvelables, en Tanzanie. 

Au Canada, une grande marche s'est tenue à Ottawa en début d'après-midi.

300 interpellations à Paris

À Paris, malgré une interdiction de manifester dans la foulée des attentats du 13 novembre, des milliers de personnes ont formé une longue chaîne humaine le long du boulevard Voltaire. Ils souhaitaient dénoncer « l'état d'urgence climatique ». 

Un autre rassemblement devant la rue du Temple s'est toutefois terminé en affrontement. Les forces de l'ordre ont eu recours à du gaz lacrymogène pour contenir plusieurs centaines de manifestants. Visages masqués, plusieurs d'entre eux ont jeté des bouteilles ou des chaussures aux policiers, déployés en masse. 

Chargés par les forces de l'ordre, les manifestants se disant « AntiCOP21 » ont ensuite reflué vers la place de la République, certains se cachant même derrière une banderole : « Le bon climat, c'est l'anticapitalisme ».

Près de 300 personnes ont été interpellées à la suite des débordements, qui ont été condamnés par une large partie de la classe politique française, jusqu'au président François Hollande.

Plus grande conférence climatique jamais organisée, la 21e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques débutera lundi sous très haute sécurité.

Les travaux de la conférence de Paris ont cependant commencé dès dimanche. Son président, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, a convoqué une assemblée plénière pour définir la feuille de route des négociateurs avant l'ouverture officielle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine