Retour

Moins de 1% des immigrants clandestins ont de sérieux antécédents criminels

Moins de 1 % des demandeurs d'asile qui sont entrés illégalement au Canada ont des antécédents criminels graves, selon l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

En audience devant le comité d’immigration de la Chambre des communes, le vide-président associé de l’ASFC, Jacques Cloutier, a déclaré que tous les risques potentiels sont rapidement identifiés et traités

« Nous gérons les situations immédiatement sur place au fur et à mesure qu’elles se présentent et cela n’arrive pas régulièrement. Selon nos estimations, moins de 1 % des cas traités ont de sérieux antécédents criminels », a-t-il indiqué.

Lors du comité, les ministres libéraux questionnés ont cherché à minimiser tout problème associé à la forte hausse du nombre de demandeurs d’asile et ont assuré le public que les fonctionnaires fédéraux gèrent correctement l’afflux.

En réponse à des questions du député conservateur de l’Alberta Glen Motz concernant la manière dont le gouvernement s’y prend pour restaurer la confiance du public, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a assuré que les gens suivent les règles et ne s’évanouissent pas dans la nature après leur entrée dans le pays.

Il a insisté sur le fait que la frontière était sécurisée.

Les fonctionnaires de divers ministères, y compris l'ASFC et la GRC, agissent de manière immédiate et efficace pour minimiser les risques pour les Canadiens, a-t-il déclaré.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine