Retour

Mort d'Evelyn Farha, connue pour son implication auprès des sidéens

Evelyn Farha, présidente d'honneur de la Fondation Farha qui aide les personnes atteintes du VIH/sida, est morte jeudi soir. Elle avait 92 ans.

La Fondation Farha en a fait l’annonce vendredi sur Facebook, précisant que Mme Farha avait consacré « les 25 dernières années de sa vie à la communauté du VIH/sida ».

Sa fille Linda évoque une mère qui avait « beaucoup de pouvoir » et qui était le visage de la fondation. C’était une femme « très forte de caractère », qui avait à cœur d’informer les gens au sujet du VIH/sida. Elle se déplaçait dans les écoles pour aller à la rencontre des élèves et leur parler des méthodes de prévention.

Dr Réjean Thomas, président et fondateur de la clinique médicale l'Actuel, a aussi souligné le dévouement de Mme Farha dans la lutte contre le sida.

D'abord pour son fils

Le fils d'Evelyn Farha, Ron, a appris qu'il était séropositif à l'âge de 36 ans. Avant de mourir, il a mis sur pied une fondation pour lutter contre le VIH/sida et a fait promettre à sa mère de continuer son travail.

Elle a tenu sa promesse et a reçu de nombreuses récompenses pour son implication dans la Fondation Farha, ou Fondation québécoise du sida.

L’Assemblée nationale du Québec lui a décerné une médaille en 2013. Elle a également été décorée en 2002 par la gouverneure générale Adrienne Clarkson, qui lui a remis la médaille du jubilé d’or. Deux ans plus tôt, le Bureau du gouverneur général la récompensait du prix pour l’entraide.

Au cours de la même année, la Chambre de commerce et d’industrie Canada-Liban lui a également remis le prix Cèdre et Érable dans la catégorie de la personnalité de l’année.

Plus d'articles