Retour

Mort d’un cadet : ses camarades de classe se souviennent

Des élèves de l'école Samuel-de-Champlain, à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, ont réagi après la mort soudaine du cadet Gabriel Comeau, 13 ans, lors d'un camp d'entraînement à la base Greenwood, en Nouvelle-Écosse, mardi.

Gabriel Comeau de Saint-Jean fréquentait le Centre scolaire Samuel-de-Champlain. Il est mort à l'hôpital de Kentville après avoir subi un malaise au cours d'une journée de congé. L'incident n'est pas lié à l'entraînement, selon un porte-parole de la base militaire.

« On imagine jamais que ça va arriver à notre école, à quelqu'un qu'on connait, quelqu'un de proche. On est tellement proche à cette école, c'est une famille », ajoute la présidente du conseil des élèves, Olivia Cule.

Ses camarades de classe se souviennent de Gabriel Comeau comme un jeune qui était toujours de bonne humeur. « Il pouvait avoir la pire journée et il allait toujours avoir un sourire sur la face. Si tu disais une blague, il allait rire, même s'il n'avait pas une bonne journée », se rappelle son amie Julie Maillet.

Les autres cadets de la région garderont en mémoire sa passion pour l'armée. Paul Tremblay, un cadet et ancien élève de l'école Samuel-de-Champlain, affirme qu'il « était toujours avec ses frères, même si était trop jeune pour être cadet il était toujours là, toujours prêt, et dès qu'il a eu 12 ans il a été le premier à s'inscrire ».

À Saint-Jean, un rassemblement aura lieu jeudi soir au Centre Samuel-de-Champlain dans le but d'offrir du réconfort aux personnes de la communauté. Les élèves doivent notamment s'échanger des cartes. Il s'agit d'un rassemblement intime et privé.

Tristesse au sein des Froces armées canadiennes

La responsable du programme des cadets au sein des Forces armées canadiennes a exprimé sa tristesse.

« L'organisation des cadets est un réseau national et cette perte tragique est sentie dans toute notre institution », a déclaré la contre-amirale Jennifer Bennett, chef - Réserves et cadets par voie de communiqué.

« Des milliers de jeunes canadiens de 12 à 18 ans participent à notre programme d'entraînement estival, qui leur offre un large éventail d'expériences et de possibilités, et nous prenons très au sérieux notre responsabilité de protéger ces jeunes que nous prenons en charge », ajoute la contre-amirale Bennett.

La contre-amirale souligne que du soutien est offert à la famille du cadet Comeau, à ses amis cadets et aux instructeurs. Environ 1000 cadets de 12 à 18 ans participent au camp d'été.

Plus d'articles

Commentaires