Retour

Mort d'une cycliste à Montréal : l'opposition et Vélo Québec réclament plus de sécurité

Projet Montréal et Vélo Québec réclament de l'administration Coderre la mise en place de mesures de sécurité supplémentaires au lendemain de la mort d'une cycliste happée par un camion.

L'accident s'est produit lorsque le conducteur du poids lourd a tourné à droite à une intersection sans voir la jeune femme à vélo.

Ce nouveau décès met en lumière l'augmentation des accidents dans la métropole. L'an dernier, trois cyclistes sont morts à Montréal après une collision avec un véhicule, 40 ont été blessés gravement, et 720 autres ont été blessés légèrement, pour un total de 763 accidents. Il s'agit d'une augmentation de 16 %, comparativement à 2014.

« C'est terrible, déplore Luc Ferrandez, chef de l'opposition officielle à Montréal. On est en retard. Et le maire Coderre est le maire de ces citoyens-là qui se font blesser et qui meurent. Alors qu'il agisse. »

M. Ferrandez souhaiterait notamment que la police de Montréal fasse respecter davantage les limites de vitesse avec des radars photo.

« Faire circuler ces camions-là à 60 km/h, dans nos rues... On se croirait dans les années 1940. Si on appliquait ces mêmes règles-là à l'industrie de la construction, ça veut dire que plus personne ne se promènerait avec des harnais de sécurité sur le bord des édifices [...] Si on appliquait ça dans les manufactures, ça veut dire qu'il n'y aurait pas de protection pour mettre ses doigts en dessous d'une scie », a-t-il dit à titre d'exemple mardi matin, en marge du conseil municipal.

Des efforts sont faits, plaide Coderre

De son côté, le maire Coderre assure que la Ville agit déjà pour prévenir les accidents.

« Vous savez que, depuis le projet de loi 176, il y a aussi eu un changement au Code de la sécurité routière, où on parlait de 1 à 1,5 mètre entre les voitures, les camions et les cyclistes. Alors ça, on va le faire respecter. Deuxièmement, oui, il y a des saillies qu'on peut rajouter; on est en train de travailler par exemple sur Henri-Bourassa et Saint-Laurent [car] c'est un autre point qui peut être à risque. »

M. Coderre prévoit parler de sécurité routière avec le nouveau ministre des Transports, Laurent Lessard, lors d'une rencontre plus tard cette semaine.

Après la mort en 2014 de la cycliste Mathilde Blais, elle aussi happée par un camion, la Ville a aussi décidé d'équiper 500 de ses véhicules de barres latérales, qui empêchent les cyclistes de glisser sous les roues.

L'administration Coderre souhaiterait rendre cet équipement obligatoire pour tous les camions qui circulent sur son territoire, mais elle n'en a pas le pouvoir : le ministère des Transports du Québec et celui du Canada ont également leur rôle à jouer en la matière, explique Anie Samson, responsable de la sécurité publique au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Cyclistes mécontents

Il n'empêche que pour Vélo Québec, la Ville peut en faire plus, notamment en aménageant de nouvelles pistes cyclables.

« On refait des rues pour 20, 30, 40 ans et on ne considère toujours pas qu'il va y avoir des cyclistes qui vont y circuler. Ça, ça me choque », dénonce sa PDG, Suzanne Lareau.

L'organisme réclame aussi des changements au Code de la sécurité routière pour permettre aux cyclistes de traverser les intersections lorsque le feu est prioritaire pour les piétons, ce qui est présentement interdit.

Avec les informations d'Olivier Bachand et de Benoît Chapdelaine

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine