Retour

Mort d’une jeune Inuite à Montréal : l’enquête est rouverte

La police de Montréal a rouvert son enquête sur la mort de Siasi Tullaugak, une jeune Inuite retrouvée morte le mois dernier, après la divulgation de « nouvelles informations ».

Un texte de Laurence Niosi

La mort de la femme de 27 ans avait été traitée par la police comme un suicide, mais plusieurs de ses connaissances estimaient que la police avait fermé les yeux sur de nombreux éléments laissant croire à un acte criminel.

Une source policière a néanmoins affirmé à Espaces autochtones que l’enquête n’a « jamais été fermée », mais que de « nouvelles informations » avaient suscité « un nouvel intérêt » pour l'affaire.

L’enquête semblait pourtant être au point mort, selon plusieurs travailleurs sociaux avec qui nous avons parlé.

Le directeur du foyer Open Door, David Chapman, qui connaissait bien Siasi Tullaugak, s’est réjoui de la nouvelle, tout en regrettant que ce soit « la pression et la couverture médiatique qui ont fait bouger les choses ».

« On se demande combien d’enquêtes sont fermées si vite. Que se passerait-il s’il n’y avait pas autant d’observateurs? », a-t-il ajouté.

Siasi Tullaugak a été retrouvée pendue du balcon d’une maison de crack de la rue Chomedey, près du métro Atwater. Originaire de Puvirnituq, au Nunavik, la jeune femme avait sombré dans la drogue et la prostitution depuis son arrivée à Montréal.

Elle a été vue avec « plusieurs hommes potentiellement dangereux » le soir de sa mort, dont son souteneur. Elle avait également dit à sa sœur et à la police que quelqu’un tentait de la tuer.

Le lendemain de la mort de Siasi Tullaugak, une autre jeune Inuite, Sharon Barron, a été retrouvée morte chez elle, à Dorval.

Une veillée en hommage aux deux femmes a eu lieu le 8 septembre au square Cabot.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine