Retour

Mort des baleines noires : trauma violent et filets de pêche pourraient être en cause

Les experts ont révélé lundi que deux des baleines retrouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent auraient subi un traumatisme et qu'une troisième aurait été prise au piège dans un filet de pêche. L'analyse complète des autopsies pourrait s'étendre sur deux mois.

Un texte de Samuel LeGresley

Les résultats préliminaires de l'analyse des carcasses de trois baleines noires de l'Atlantique Nord ont été dévoilés lundi soir.

« Ce que nous avons vu, c'est un empêtrement notable dans des filets de pêche », indique Pierre-Yves Daoust, pathologiste de la faune au collège vétérinaire de l'Atlantique, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Le vétérinaire n'écarte pas la possibilité qu'une baleine ait subi une collision avec un bateau, par exemple.

De potentielles biotoxines?

Selon Pierre-Yves Daoust, ces blessures pourraient aussi être liées à des problèmes sous-jacents, mais l'état de décomposition avancée des carcasses aurait pu faire disparaître plusieurs éléments de réponse.

« On parlait beaucoup de biotoxines produites par des algues marines, dit-il. C’est une possibilité que nous voudrions essayer d’éliminer ou de confirmer. »

Robert Michaud, directeur scientifique du Groupe de recherche sur les mammifères marins (GREMM), indique que ces algues neurologiques auraient le potentiel de modifier le comportement des baleines. « [Ils] peuvent entraîner des désorientations et rendre les animaux plus susceptibles à des collisions, ou même des prises accidentelles. »

L'analyse prolongée permettra de déceler des signes de ces algues toxiques, soit dans les échantillons obtenus ou dans l'écosystème du golfe. « Est-ce qu'on peut relier ça à un scénario particulier ou exceptionnel? Ça, ce ne sont pas les résultats préliminaires qui vont nous l’apprendre, mais l’examen plus en profondeur des tissus et des conditions particulières [du mois] de juin dans le golfe du Saint-Laurent. »

L'analyse des fluides collectés pendant l'autopsie pourrait prendre de six à huit semaines.

Filets et collisions : deux risques considérables pour l'espèce

Les collisions avec les bateaux et l'empêtrement dans les filets de pêche sont les deux risques principaux pour cette espèce en voie de disparition.

S'il est difficile d'empêcher ces accidents, Pierre-Yves Daoust propose quelques pistes de solutions. « Même si [ce sont] des problèmes secondaires, il faut discuter comment réduire ce genre de cause. Il est question de corridors de navigation, du genre d’équipement de pêche employé, etc. »

Les 525 baleines noires restantes dans le nord de l'océan Atlantique sont aussi menacées par les polluants, la nuisance sonore et la dégradation de leur habitat naturel.

Six carcasses ont été trouvées en juin à la dérive dans une zone située entre l’île Miscou au Nouveau-Brunswick, les Îles-de-la-Madeleine et la pointe nord de l’Île-du-Prince-Édouard. Trois d'entre elles ont pu être remorquées jusqu'à la plage.

Avec des informations de Catherine Dumas et Pierre-Alexandre Bolduc

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine