Retour

MSF suspend ses opérations de sauvetage en Méditerranée

Médecins sans frontières (MSF) annonce la suspension de ses opérations de sauvetage de migrants en Méditerranée à la suite de l'avertissement lancé par la marine libyenne aux navires étrangers.

« Nous suspendons nos activités parce que nous estimons que l'attitude menaçante des gardes-côtes libyens est très sérieuse et que nous ne pouvons pas mettre nos collègues en danger », a indiqué le président de MSF Italie, Loris De Filippi, dans un communiqué transmis aux médias samedi.

L'organisation a suspendu toutes les activités du Prudence, le plus grand des navires de secours d'ONG actifs au large de la Libye. À la fin mai, le Prudence avait notamment recueilli un nombre record de 1500 personnes.

MSF a toutefois précisé qu'elle allait continuer à assurer la logistique et l'assistance sanitaire sur l'Aquarius de SOS Méditerranée, qui se trouve actuellement dans les eaux internationales.

La marine libyenne a annoncé jeudi la création d'une zone de recherche et de sauvetage au large de ses côtes, qui est désormais interdite aux navires étrangers, sauf autorisation.

L'interdiction vise particulièrement les ONG patrouillant les eaux pour secourir des migrants.

Plusieurs ONG, comme l'organisation espagnole Proactiva Open Arms, ont toutefois indiqué qu'elles se préparaient à repartir au large, faisant fi de l'interdiction.

L'Italie a vu débarquer plus de 600 000 migrants depuis 2014, dont la majorité sont passés par la Libye. Plus de 13 000 d'entre eux ont péri en tentant la traversée sur des embarcations de fortune ou surchargées.

Le gouvernement italien de centre gauche tente maintenant de fermer la route avec le soutien de ses partenaires européens et de l'ONU.

Au cours des six derniers mois, le nombre de migrants arrivant en Italie a ainsi fortement baissé et Rome a entamé une collaboration plus étroite avec les gardes-côtes libyens. La marine italienne leur fournit notamment formation, équipement et soutien technique.

Ces initiatives menacent les activités de MSF et empêchent l'organisation de travailler comme elle le souhaiterait, a souligné Loris De Filippi.

L'Italie cherche également à limiter l'afflux de migrants en Libye même, grâce à un meilleur contrôle des frontières sud et à une coopération avec des pays de transit comme le Niger, le Tchad et le Mali.

Plus d'articles

Commentaires