Le premier ministre Philippe Couillard a annoncé jeudi que la sous-ministre aux Transports, Dominique Savoie, mise en cause dans des allégations d'irrégularités soulevées par son ex-patron, Robert Poëti, a été démise de ses fonctions. Le chef de cabinet de Jacques Daoust, Pierre Ouellet, quitte aussi ses fonctions.

Un texte de François Messier

S'adressant aux journalistes avant le caucus du Parti libéral, M. Couillard a aussi annoncé que son gouvernement va légiférer pour créer un poste d'inspecteur général au ministère des Transports. Son rôle sera similaire à celui qui a été confié à Denis Gallant par la Ville de Montréal.

Le premier ministre dit avoir pris cette décision après avoir pris connaissance de la lettre de démission déposée par Annie Trudel, une agente de renseignements qui travaillait autrefois à l'Unité permanente anticorruption (UPAC) et avait été embauchée par M. Poëti pour enquêter sur des irrégularités dans des contrats du MTQ.

Dans cette lettre, d'abord révélée par le 98,5 FM, Mme Trudel laisse entendre qu'on a saboté son travail après que M. Poëti eut été remplacé par Jacques Daoust l'hiver dernier. Elle y évoque les difficultés d'obtenir de l'information au MTQ.

Elle écrit notamment que le bureau de la sous-ministre « ne souhaite pas [l']héberger dans ses espaces de travail » et la maintient « loin de [ses] sujets d'intérêt ». Elle ajoute que « le nouveau cabinet ne semble pas retenir les mêmes priorités, ni les préoccupations que le cabinet précédent ».

« On ne peut pas permettre une situation qui, moi, me trouble, m'inquiète beaucoup », a commenté le premier ministre. « On se trouve dans une situation où l'un des plus gros ministères [...] du gouvernement du Québec fait l'objet d'enquêtes policières, de vérifications presque constantes. »

« Ce n'est pas sain pour le Québec, ce n'est pas sain pour la société. Il faut donc agir vigoureusement, ce qui est le cas », a plaidé le premier ministre.

Selon le quotidien La Presse, l'UPAC mène actuellement une dizaine d'enquêtes concernant le MTQ.

Les circonstances floues entourant le départ de Mme Savoie

Après avoir déclaré que c'est Mme Savoie qui avait demandé à être démise de ses fonctions, M. Couillard s'est ravisé en déclarant que le tout avait été décidé d'un commun accord. « On a convenu qu'elle va quitter ses fonctions », a-t-il dit. « Elle perçoit très bien - sans parler pour elle - que la confiance des citoyens puisse être ébranlée. »

Le ministre Daoust a tout de même maintenu la première version du premier ministre. « La sous-ministre, actuellement, considère qu'il est préférable pour elle de se retirer de l'appareil. C'est sa décision », a-t-il soutenu.

Après avoir comparu mercredi devant la commission parlementaire de l'administration publique, Mme Savoie n'avait laissé transparaître aucun signe qu'elle allait quitter ses fonctions. 

« Je n'ai rien à me reprocher. Je suis dans la fonction publique depuis près de 30 ans. J'ai une belle carrière intègre et je suis très à l'aise et très fière de travailler au ministère des Transports », avait-elle dit.

Mme Savoie sera remplacée par Denis Marsolais, qui était sous-ministre à la Sécurité publique.

Le ministre des Transports, Jacques Daoust, a par ailleurs annoncé que Pierre Ouellet ne sera plus son chef de cabinet. « Je ne le fais pas par manque de confiance envers la personne, mais par importance, par souci de maintenir la confiance de la population », a-t-il plaidé. Un chef de cabinet intérimaire prendra bientôt la relève.

M. Ouellet est celui qui a reçu la lettre de démission de Mme Trudel le 4 avril. « Je n'ai pas eu cette lettre-là personnellement. Elle ne m'était pas adressée », a fait valoir M. Daoust jeudi. Le ministre soutient que c'est plutôt la lettre que lui a fait parvenir M. Poëti le 27 avril qui a été le « grand déclencheur » pour lui.

L'opposition attaque Couillard et son entourage

Les plus récents rebondissements dans cette affaire ont de nouveau monopolisé l'attention lors de la période de questions à l'Assemblée nationale. Les partis d'opposition ont accusé le gouvernement, et plus particulièrement le premier ministre Couillard, de s'être traîné les pieds dans ce dossier.

Le chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, s'est offusqué que M. Couillard maintienne avoir appris l'existence de cette affaire mercredi matin, tout en assurant que son chef de cabinet, Jean-Louis Dufresne, avait rencontré M. Poëti le 28 avril, soit tout juste après que M. Poëti eut écrit à M. Daoust. 

« Pendant trois semaines, son chef de cabinet ne lui a rien dit », a notamment lancé M. Gaudreault. « Moi, j'aurais des doutes sur mon entourage, si j'étais à sa place. »

« Il est clair que le flot de l'information doit s'améliorer », a admis le premier ministre. Il a également fait valoir que l'idée de créer un poste d'inspecteur général au ministère « était présente déjà depuis quelques semaines et s'est [...] accélérée ».

M. Couillard a aussi répété que « des resserrements des processus administratifs » étaient en cours au MTQ, que l'UPAC avait reçu des informations afin « qu'elle participe et qu'elle augmente même ses activités », et que la vérificatrice générale se penchera sur les processus administratifs du MTQ.

« Il accepte que son directeur de cabinet ne l'ait pas informé », s'est insurgé à son tour le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, après avoir mis en cause le leadership de M. Couillard.

« Ce qu'on comprend, c'est qu'en deux ans, le premier ministre ne semble pas s'être assis avec son ministre pour discuter des grands problèmes, des grands défis », a-t-il aussi déclaré. « Est-ce qu'on a un premier ministre qui est un touriste, un observateur? »

« J'ai rencontré toutes les personnes qui ont occupé le poste de ministre des Transports au sujet de plusieurs projets, au sujet de politiques publiques », a répondu Philippe Couillard. « Jamais le ministre des Transports précédent ne s'est assis avec moi pour me parler de ces éléments-là. Je voudrais quand même être bien clair là-dessus. »

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec soutient pour sa part qu'il n'est pas surpris de la controverse actuelle. Il maintient que les contrats accordés par le MTQ devraient être rapatriés à l'interne pour éviter des problèmes semblables à ceux évoqués cette semaine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine