La vague néo-démocrate de 2011 s'est résorbée. Le parti de Thomas Mulcair est de retour à son niveau de 2008, mais son chef promet de continuer à promouvoir les valeurs progressistes au Parlement.

Le NPD compte 44 députés soit près d'une soixantaine de moins que les 103 élus au dernier scrutin, en 2011. Le parti aura maintenant un poids semblable à celui qu'il avait avant la vague orange. Il comptait 37 députés en 2008.

Au Québec, où le NPD avait fait tache d'huile avec 59 députés en 2011, M. Mulcair a fait élire 16 représentants.

« Dorénavant, le NPD sera toujours, pour les Québécois, un choix réel », a lancé M. Mulcair, lui-même élu dans Outremont, devant ses partisans.

Dans un discours qui ne ressemblait en rien à un discours de défaite, il s'est félicité que les Canadiens aient « tourné la page sur 10 longues années » et aient « rejeté la politique de la peur et de la division ».

Il a affirmé que les Canadiens avaient demandé au NPD de « continuer à être porteur de l'espoir et de l'optimisme ». Il a déclaré que son parti continuera à travailler pour améliorer les relations avec les Premières Nations et la lutte aux changements climatiques, notamment.

« Le prochain chapitre s'ouvre sur nos efforts pour construire un Canada meilleur. On continue », a conclu le chef néo-démocrate.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine