Retour

N.-B. : les droits de scolarité réduits à néant pour les étudiants de familles à faibles revenus

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick assumera une partie des droits de scolarité dans le cas des étudiants provenant de familles qui gagnent de faibles revenus, ce qui aura pour effet de réduire ces droits à néant.

Le programme procure une aide financière initiale aux étudiants de familles dont le revenu annuel est de 60 000 $ ou moins et qui fréquentent une université ou un collège du Nouveau-Brunswick financé par des fonds publics, a annoncé le premier ministre Brian Gallant.

Le provincial paiera la différence entre la bourse fédérale accordée aux étudiants admissibles et leurs droits de scolarité. 

Le Programme d'aide aux études a été dévoilé jeudi matin dans un pavillon de l'Université du Nouveau-Brunswick, à Fredericton.

Les étudiants néo-brunswickois sont les plus endettés au pays, selon Statistique Canada. Leur endettement moyen après un baccalauréat est de plus de 35 000 $. La semaine dernière, des étudiants de l'Université de Moncton ont manifesté à l'Assemblée législative pour réclamer un meilleur financement des universités.

Le nouveau programme d'aide sera offert aux étudiants pendant la durée prévue de leur programme d'étude. Par exemple, un étudiant inscrit à un baccalauréat de cinq ans serait admissible pendant ces cinq années.

Le programme commencera au début de l'année d'études 2016-2017. Le gouvernement estime que 7100 étudiants inscrits dans les établissements suivants pourront en profiter :

  • Université de Moncton
  • Université du Nouveau-Brunswick
  • Université St. Thomas
  • Université Mount Allison
  • Collège communautaire du Nouveau-Brunswick
  • New Brunswick Community College
  • New Brunswick College of Craft and Design.

Un bon début, selon les étudiants

Roxann Guerrette, présidente de la Fédération des étudiantes et étudiants du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM), qualifie la nouvelle d'extraordinaire. Elle se réjouit du fait que les études seront gratuites pour un grand nombre d'étudiants et dans tous ces établissements, mais elle croit que le « sous-financement » des universités n'est toujours pas réglé.

« J'espère quand même qu'ils vont considérer la qualité de l'éducation, qu'ils vont quand même investir dans les universités pour avoir des professeurs de qualité, justement avoir une éducation qui va surpasser les autres », affirme Roxann Guerrette.

Roxann Guerrette ajoute que l'accès aux études restera coûteux dans le cas des familles qui gagnent 60 000 $ ou plus. « Il va falloir que ces étudiants soient stratégiques, qu'ils deviennent indépendants, qu'ils attendent d'avoir 21 ans ou d'avoir payé des taxes pour être indépendants de leurs parents pour avoir accès à l'université gratuitement », dit-elle.

L'Université de Moncton est ravie

L'ampleur du programme impressionne Jean-François Richard, vice-recteur adjoint à l'enseignement et aux affaires professorales de l'Université de Moncton. « Jusqu'à un certain point, c'est surprenant au niveau de l'ampleur, mais c'est certainement très bien accueilli parce que ça va avoir une incidence positive sur beaucoup d'étudiants, dit-il.

Si les universités accueillent plus d'étudiants, elles y gagneront aussi. « Absolument. C'est positif. C'est un outil qui peut servir quand même de recrutement pour toutes les universités et les collèges également », souligne M. Richard.

Il faut en faire plus, selon l'opposition

Brian MacDonald, député progressiste-conservateur de Fredericton-Ouest-Hanwell, juge que le gouvernement pourrait aider un plus grand nombre d'étudiants.

« Aujourd'hui, ce sont de bonnes nouvelles pour un groupe d'étudiants qui en ont besoin, mais il reste d'autres groupes d'étudiants et il faut faire quelque chose pour eux. Ce projet aujourd'hui remplace un ancien programme, et il reste des étudiants qui ont besoin [d'aide] », affirme Brian MacDonald.

Avec des informations de Michel Corriveau

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine