Retour

N'investissez pas dans la technologie de captage de carbone, dit l'Institut Pembina

Le Canada et ses provinces ne devraient pas investir dans la technologie de stockage et de captage de carbone pour atteindre les objectifs fédéraux de réduction des gaz à effet de serre, juge l'Institut Pembina, un organisme de défense de l'environnement.

Cette technologie utilisée en Saskatchewan et connue sous l’acronyme anglais CCS coûte cher sur le plan énergétique et économique, explique l’analyste de l’organisme Benjamin Israel.

« Pour équiper deux centrales à charbon avec du CCS, il vous faut quasiment une troisième centrale à côté pour juste produire l’énergie qui permettrait de capturer [le carbone] », souligne-t-il.

Une technologie vantée en Saskatchewan

Le président-directeur général de SaskPower, Mike Marsh, a tenu à vanter les mérites de Boundary Dam, une centrale au charbon équipée de la technologie CCS, en disant que le captage de carbone est meilleur pour l’environnement que les usines de gaz naturel.

La société d’État rappelle également que dans le passé, l’Institut Pembina a déjà réalisé des analyses positives de la technologie employée à Boundary Dam.

L’analyste de l’Institut est d’accord pour dire que la production d’énergie de Boundary Dam produit un peu moins de CO2 qu’une usine de gaz naturel. Il dit toutefois que cet aspect positif ne prend pas en compte le fait que le processus de captage et de stockage produit du CO2 lorsque vient le temps de le vendre et de le transporter.

Benjamin Israel indique que cette technologie peut être utile dans les pays émergents comme l’Inde ou la Chine, où le système énergétique subit des transformations.

L’Institut croit que le Canada peut miser sur d’autres options comme les énergies renouvelables afin de répondre à ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre.

Mike Marsh est toutefois toujours persuadé que la technologie de captage et stockage est une bonne option pour la province. Il ajoute que SaskPower continue d’analyser la possibilité d’intégrer la technologie de captage et de stockage du carbone à d’autres usines de charbon en Saskatchewan. Une décision doit être prise d’ici la fin de 2019.

Avec les informations d'Audrey Paris

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine