Retour

Neuf grands pollueurs qui ne respectent pas les normes environnementales

Neuf des plus importants pollueurs de l'Ontario n'auront pas à respecter les normes d'émissions atmosphériques grâce à des autorisations du gouvernement provincial. Ces exemptions, généralement délivrées pour une période de 10 ans, permettent à des entreprises comme US Steel, Vale et ADM Agri-Industries, notamment, de polluer au-delà des limites permises, sans conséquence. 

Un texte de Lisa Marie Fleurent et d'Isaac Gauthier

Les nouvelles normes du ministère de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique entreront en vigueur le 1er juillet 2016. Les émissions de nickel, ainsi que les émissions de benzène, de cadmium et de chrome, seront plus sévèrement contrôlées. Mais neuf des plus grands émetteurs qui oeuvrent dans le secteur primaire de l'économie, comme les mines, la métallurgie, les produits chimiques et l'agriculture, sont exemptés.

La minière Glencore a reçu en janvier une nouvelle exemption de 10 ans pour ses émissions atmosphériques de nickel à ses installations de Sudbury. L'entreprise pouvait déjà compter sur une telle exemption gouvernementale depuis une dizaine d'années. Glencore est aussi exemptée quant aux normes d'émissions de dioxyde de soufre et de cadmium jusqu'en décembre 2018. 

En ce qui concerne le géant minier Vale, ses installations de Sudbury peuvent dépasser les limites d'émissions de nickel jusqu'en 2021 et celles de dioxyde de soufre jusqu'en 2017. 

Quatre fois plus que la limite permise

Grâce à son exemption, Glencore rejette quatre fois plus de nickel dans l'atmosphère à Sudbury que la future norme provinciale l'autorise. Vale émet pour sa part de cinq à sept fois plus de nickel dans l'atmosphère que cette même limite. La minière brésilienne dépasse aussi les contraintes quant au dioxyde de soufre : 93 fois de plus que ce que permet l'Ontario.

En échange de ses exemptions, le ministère demande à certaines entreprises de moderniser leurs installations et de réduire leurs émissions polluantes.

Vale assure qu'elle réduira significativement la pollution atmosphérique de sa fonderie avec l'avènement de son projet Clean AER, dont les travaux de construction doivent se terminer en 2018. L'objectif est de réduire de 85 % les émissions atmosphériques de dioxyde de soufre, de métaux et de poussière grâce à trois convertisseurs qui capturent les gaz polluants. En ce qui concerne les émissions de nickel, Vale considère que le projet environnemental diminuera de 40 % ces émissions. 

Le ministère de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique n'était pas disponible pour commenter les chiffres. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine