Les partisans du Paris Saint-Germain ont enfin pu voir leur nouveau joueur avec le chandail bleu du PSG sur le dos, samedi, au Parc des Princes, lors de la présentation officielle de Neymar. Le Brésilien, accompagné de Nasser Al-Khelaïfi, le président de l'équipe, a lui aussi semblé se réjouir de l'événement, même s'il n'a finalement pas pu prendre part au premier match de la saison, qui était disputé un peu plus tard.

« Je suis venu ici pour un grand défi. Paris est magique! », s'est exclamé celui qui a fait l'objet du transfert le plus coûteux de l'histoire de son sport - 222 millions d'euros - après y être allé d'un « merci! » en français.

Neymar a ensuite fait le tour du bruyant stade, s'arrêtant à chaque tribune pour saluer la foule en délire qui s'y trouvait et lui envoyer quelques ballons. Il est resté particulièrement longtemps devant la section du Collectif ultras Paris, qui a tenu sa promesse de « s'exploser la voix » du début à la fin de la cérémonie.

Captivé par l'intensité et les chants de ces partisans exubérants, le numéro 10 leur a même lancé son chandail.

Dès 15 h (heure locale), des centaines de Parisiens approchaient du stade dans l'espoir de voir de près de leur nouvelle vedette. Une prestation musicale était au menu avant l'arrivée de celui qui a mené le Brésil à la médaille d'or aux Jeux olympiques de Rio, il y a moins d'un an.

Selon des responsables, il s'est vendu plus de 10 000 chandails identifiés à Neymar dans les boutiques officielles du PSG lors de la seule journée de vendredi.

Sans Neymar sur le terrain

Al-Khelaïfi, Neymar et ses nouveaux coéquipiers auraient aimé que la fête se poursuive sur le terrain. Finalement, le nouveau venu n'a pas pu participer au premier match de la saison pour des questions administratives.

Le club d'Amiens, fraichement promu en Ligue 1 et adversaire du PSG, a probablement poussé un léger soupir de soulagement. Paris a tout de même gagné 2 à 0.

Le certificat de transfert international (CTI), essentiel à la ratification officielle du contrat, n'est pas arrivé à temps aux bureaux de la ligue, ont annoncé les dirigeants de l'équipe. Ce retard dans l'émission du CTI est largement considéré comme la dernière tentative de la Liga, la première division espagnole, de mettre des bâtons dans les roues du PSG.

En effet, elle a qualifié la franchise appartenant à des intérêts qataris de club-État qui pratique « le dopage financier ». Ses représentants ont laissé planer la possibilité de porter plainte à l'UEFA.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine