Retour

Northern Gateway : beaucoup d'opposants devant la Cour d'appel fédérale

Les opposants au projet Northern Gateway présentent devant la Cour d'appel fédérale à Vancouver leurs arguments contre l'approbation par Ottawa de cet immense oléoduc qui doit relier les sables bitumineux de l'Alberta aux côtes de la Colombie-Britannique.

Le recours en justice veut attirer l'attention sur le processus d'évaluation environnementale du gouvernement fédéral et de son obligation à consulter les Premières Nations avant les travaux.

Le tribunal entendra huit groupes autochtones, quatre organisations écologiques et un syndicat pendant une période de six jours.

« Il n'y a jamais eu une audience aussi longue dans l'époque moderne de la Cour fédérale, affirme l'avocate Karen Campbell de groupe Ecojustice. La plus longue avait duré quatre jours. »

Les plaignants se plaignent du risque que pose l'oléoduc aux frayères des saumons, aux droits territoriaux des Premières Nations et à la nature dans les eaux marines en Colombie-Britannique.

La société énergétique qui veut construire le pipeline, Enbridge, explique par la voix de son porte-parole Ivan Giesbrecht que la priorité de la compagnie est de créer un environnement de « confiance » dans lequel prévalent des « dialogues respectueux » avec les Premières Nations.

« Malgré les litiges, affirme-t-il, nous serions heureux de trouver des solutions mutuellement bénéfiques. »

Le gouvernement fédéral a donné son aval au projet de pipeline Northern Gateway en 2012 du moment que la société Enbridge se plie à 209 conditions recommandées par la commission chargée de l'évaluation environnementale du projet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine