Nos athlètes canadiens sont à l'oeuvre à Pyeongchang, mais d'où viennent-ils? Quel serait le reportage rêvé de nos correspondants à l'étranger, si tout était permis? L'ibuprofène serait-il lié à une diminution de la fertilité? Voici 5 articles à lire ce week-end.

OÙ SONT NÉS LES ATHLÈTES CANADIENS QUI SONT À PYEONGCHANG?

Les athlètes qui se sont envolés pour la Corée du Sud proviennent surtout de l'Ontario, de l'Alberta et du Québec et bien peu sont nés à l'extérieur du Canada, comparativement à la délégation envoyée à Rio à l'été 2016.

Par Jean-Philippe Guilbault

LIRE LA SUITE »

LE REPORTAGE DE RÊVE DE NOS CORRESPONDANTS À L'ÉTRANGER

Les correspondants de Radio-Canada à l'étranger étaient de passage à Montréal en début d'année pour parler notamment de ce qu'ils prévoient pour 2018. Nous avons profité de l'occasion pour leur demander de raconter le reportage qu'ils aimeraient réaliser, si tout était permis.

VOIR LA SUITE »

L'ABUS D'IBUPROFÈNE POURRAIT DIMINUER LA FERTILITÉ

Deux études scientifiques récentes montrent qu'il y aurait un lien entre l'ibuprofène et la baisse de fertilité. Bien que ces risques surviennent principalement lors d'une consommation excédant les doses recommandées, cela met en lumière certains mécanismes méconnus pouvant affecter la fertilité humaine.

Par Renaud Manuguerra-Gagné

LIRE LA SUITE »

ON VOUS RACONTE LA SEMAINE EN IMAGES

Des marchés boursiers américains instables. La présence nord-coréenne dérange aux Jeux de Pyeongchang, et une voiture Tesla dans l'espace. Notre revue hebdomadaire en photos de l'actualité internationale.

Par Alain Labelle

LIRE LA SUITE »

UNE FAMINE QUI LAISSE DES TRACES JUSQUE DANS NOS GÈNES

En documentant une famine survenue au cours de la Deuxième Guerre mondiale, des chercheurs ont montré que cet événement pourrait avoir modifié l'état de santé et les gènes de milliers de personnes qui l'ont vécu... en tant que fœtus!

Par Renaud Manuguerra-Gagné

LIRE LA SUITE »

[En rappel au cas où vous l'auriez manqué!]

LE JARDIN SECRET DE MARIE-VICTORIN

Le frère Marie-Victorin a mené pendant des années une double vie vouée à l’exploration de la sexualité, ce que sa condition de religieux lui interdisait. Sa correspondance foisonnante de détails, ce qu’il appelait les « lettres biologiques », est désormais accessible.

Par Luc Chartrand

LIRE LA SUITE »

Bonne lecture... et à la semaine prochaine!

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine