Retour

Nouveau-nés exposés aux opioïdes : les pédiatres recommandent de garder les bébés et leur mère ensemble

La Société canadienne de pédiatrie (SCP) a annoncé de nouvelles recommandations face à l'augmentation du nombre de nouveau-nés exposés aux opioïdes au Canada. Elle suggère de garder les bébés et leur mère ensemble pour réduire les répercussions de ce phénomène.

« Les semaines de séparation peuvent nuire à l’établissement des liens affectifs et de l’attachement et risquent d’aggraver une situation déjà difficile pour les mères et leur bébé », affirme le docteur Thierry Lacaze, président du comité d’étude du fœtus et du nouveau-né de la SCP.

« Il est démontré que le fait de laisser les nourrissons avec leur mère réduit le taux d’hospitalisation à l’unité néonatale de soins intensifs, favorise l’allaitement et diminue le recours aux médicaments sur ordonnance. », selon le Dr Lacaze

En plus de contrer les effets du détachement avec la mère, l’allaitement peut aussi retarder l’apparition des symptômes de sevrage et en réduire la gravité, fournir une nutrition optimale au bébé et contribuer aux compétences parentales, présente le document d'orientation de la SCP destiné aux professionnels de la santé.

Dans ses recommandations, la SCP insiste également sur la continuité des soins et sur la planification d’un plan de congé et de sevrage efficace et bien coordonné. Elle souhaite que tous les nouveau-nés à risque soient évalués rapidement pour calculer le score de sevrage néonatal.

La Société rappelle que les mères dépendantes aux opioïdes doivent aussi être avisées que leur nouveau-né, qui a été exposé à des opioïdes, devra être maintenu en observation après l’accouchement pour surveiller les symptômes de sevrage néonatal.

Selon les données pour 2016-2017 de l’Institut canadien d’information sur la santé, près de 1850 nouveau-nés ont été hospitalisés pour le syndrome de sevrage néonatal dans l’ensemble des provinces canadiennes, à l'exclusion du Québec.

Les premiers symptômes de sevrage, tels les tremblements, les pleurs, les bâillements, l’encombrement nasal et les éternuements, apparaissent généralement peu après la naissance. Cependant, les autres effets comme l’irritabilité, les troubles du sommeil et les difficultés d’alimentation peuvent persister de quatre à six mois.

Plus d'articles