Retour

Nouveaux heurts entre Palestiniens et Israéliens sur l'esplanade des Mosquées

Des affrontements ont éclaté jeudi entre la police israélienne et des Palestiniens sur l'esplanade des Mosquées alors que les fidèles musulmans accédaient au lieu saint pour la première fois en deux semaines.

Les autorités politiques et religieuses palestiniennes avaient plus tôt demandé à la population de retourner prier sur l'esplanade des Mosquées, à la suite du retrait par Israël des détecteurs de métaux aux entrées du site.

Des milliers de fidèles musulmans se sont alors dirigés vers l'esplanade pour la prière de l'après-midi. Certains pleuraient de joie tandis que d'autres criaient « Allah Akbar! ».

L’appel à la fin du boycottage de l’esplanade des Mosquées pouvait laisser présager un apaisement dans la crise qui dure depuis dix jours, mais des affrontements ont de nouveau éclaté et ont fait 46 blessés, selon le Croissant-Rouge palestinien.

Le boycottage du troisième lieu saint de l’islam a été levé après qu’Israël eut décidé de retirer les détecteurs de métaux qui avaient été installés aux entrées du site.

Israël avait imposé ces nouvelles mesures de sécurité le 16 juillet, deux jours après une attaque qui a coûté la vie à deux policiers israéliens près de l’esplanade des Mosquées.

Les Palestiniens y ont vu une tentative, de la part d'Israël, de renforcer son contrôle sur ce site que les juifs appellent le mont du Temple et considèrent comme leur lieu le plus sacré.

L’installation des portiques a provoqué la colère des Palestiniens et engendré des affrontements meurtriers à Jérusalem-Est et en Cisjordanie. Cinq personnes sont mortes et des dizaines d’autres ont été blessées.

Trois Israéliens ont également été tués par un Palestinien dans une colonie en Cisjordanie occupée.

Après de fortes pressions internationales, Israël a accepté mardi de retirer les détecteurs de métaux, indiquant qu’il les remplacerait par un autre moyen de surveillance plus discret, « basé sur des technologies avancées ».

La Jordanie salue la décision des Israéliens

La Jordanie est le pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem. C’est-à-dire que l’État hébreu contrôle les entrées de l’esplanade des Mosquées, mais le site est géré par les Jordaniens.

Les musulmans peuvent accéder à l’esplanade des Mosquées à toute heure tandis que les juifs ne peuvent y aller qu’à certains moments de la journée et n’ont pas le droit d’y prier.

Amman a salué la décision d'Israël de faire marche arrière.

La coordination sécuritaire toujours gelée

Le président palestinien Mahmoud Abbas a donné son appui à la fin du boycottage.

Il a toutefois précisé qu’aucune décision n'avait été prise concernant la reprise de la coopération en matière de sécurité entre l’Autorité palestinienne et Israël.

Pour la première fois en 10 ans, le président Abbas avait gelé la collaboration militaire la semaine dernière, à la suite de l'installation des portiques de sécurité sur l'esplanade des Mosquées.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine