Retour

Nouvel emploi de Robert Poëti : Philippe Couillard se fiera à la commissaire à l'éthique

Le premier ministre Philippe Couillard ne se prononce pas sur les possibles conflits d'intérêts auxquels le ministre délégué Robert Poëti pourrait s'exposer en troquant en octobre son siège à l'Assemblée nationale pour le fauteuil de la présidence de la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec. Le chef du gouvernement préfère attendre l'avis de la commissaire à l'éthique sur cette question.

Interrogé lundi sur la décision de son futur ex-ministre de réclamer un avis de la commissaire à l'éthique pour s'assurer que sa transition vers le secteur privé se déroule sans anicroche, M. Couillard a renvoyé la balle à la commissaire Ariane Mignolet.

« Tout le monde suit les règles, et elles sont claires : il faut aviser la commissaire à l'éthique et le premier ministre lorsque l'on fait partie du conseil des ministres », a rappelé le chef du gouvernement, en soulignant que jusqu'à lundi matin, M. Poëti « n'avait pas reçu d'offre formelle » de son futur employeur.

« Je vais laisser M. Poëti en parler, mais il semble avoir suivi les règles », a ajouté le premier ministre.

Les deux principaux partis d'opposition ont également réagi à la nouvelle.

Pour le Parti québécois, il aurait été « judicieux » de solliciter l'avis de la commissaire à l'éthique avant que la nouvelle du nouveau poste du ministre ne soit rendue officielle.

Aux yeux de la Coalition avenir Québec, on ne trouve rien à redire au comportement de M. Poëti.

En entrevue sur les ondes de RDI samedi, Robert Poëti a affirmé qu'il avait l'intention de demander l'avis de la commissaire. « Tant qu’on ne sait pas où on pourrait aller, à ce moment-là on regarde les possibilités. Une fois rendu assez loin, le code le dit très bien, il faut aviser la commissaire à l’éthique, et je vais le faire lundi matin. À partir de là, je vais suivre sa recommandation […] Je ne suis pas vraiment inquiet, mais maintenant c’est sa décision; et moi, je vais respecter la décision de la commissaire à l’éthique. Je n’ai aucun problème [avec cela] », déclarait-il.

Le député de la circonscription de Marguerite-Bourgeoys a annoncé il y a deux semaines qu'il ne briguera pas d'autre mandat.

Plus d'articles