Retour

Nouvelle mission aux États-Unis pour éviter une vague de demandeurs d'asile

Les députés libéraux Pablo Rodriguez et Emmanuel Dubourg retourneront aux États-Unis pour tenter de contrer une nouvelle vague de demandeurs d'asile à la frontière canadienne, dans la foulée des plus récentes règles en matière d'immigration adoptées par l'administration Trump.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement américain a averti quelque 5000 Nicaraguayens que leur statut temporaire sera révoqué dans la prochaine année. Près de 58 000 Honduriens ont quant à eux reçu une prolongation de leur statut temporaire de six mois seulement. Et le département américain de la Sécurité intérieure doit annoncer, le 22 novembre prochain, s’il ira de l’avant avec la suspension des visas temporaires des Haïtiens.

L'été dernier, quelque 7000 demandeurs d'asile, en majorité des Haïtiens, sont arrivés au Québec en provenance des États-Unis, réclamant un statut de réfugié. Ils craignaient de perdre leur statut de protection temporaire aux États-Unis.

L'afflux de demandeurs d'asile, qualifié de « jamais vu » par un organisme régional d'accueil et d'intégration, a même poussé les autorités à ouvrir les portes du stade olympique à Montréal au mois d’août pour accueillir temporairement les nouveaux arrivants.

Deuxième mission d'information préventive

Les députés québécois Pablo Rodriguez et Emmanuel Dubourg tenteront d'éviter une nouvelle vague de demandeurs d'asile à la frontière en allant directement à la rencontre des communautés hispaniques et haïtiennes, afin de leur expliquer qu'il vaut mieux acheminer les demandes de statut de réfugié par les canaux légaux.

Au début du mois de septembre, M. Rodriguez s’était rendu à Los Angeles pour « sensibiliser la communauté hispanique aux règles régissant le système canadien d'immigration ».

Quant à M. Dubourg, il avait fait le voyage jusqu’à Miami, à la fin du mois d’août, pour rencontrer la communauté haïtienne.

Lors d’une téléconférence pour clore son séjour en Floride, il avait indiqué que son message auprès des Haïtiens qui tentent de traverser irrégulièrement la frontière avait été bien reçu.

Mais Emmanuel Dubourg avait rappelé que la désinformation demeurait le principal ennemi à combattre.

L’été dernier, de fausses informations ont circulé sur les réseaux sociaux concernant le passage clandestin de réfugiés haïtiens à la frontière canadienne.

Des messages diffusés sur WhatsApp, Facebook et YouTube laissaient croire qu'il suffit de franchir la frontière pour être admis au pays.

Certains médias ont aussi répandu des informations trompeuses, poussant le gouvernement à agir.

Des missions fructueuses

Les efforts de communication des deux députés libéraux fédéraux plus tôt cette année ont semblé porter fruit, puisque le flot de demandeurs d'asile a diminué par la suite.

Le ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, a déclaré que bien qu'il n'y ait pour l'instant aucun signe d'une recrudescence des arrivées à la frontière, le gouvernement libéral souhaitait tout de même prendre les devants.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine