Retour

Nouvelle police et nouvelle controverse pour le gouvernement Couillard

Quelques jours après la convocation en Cour supérieure de deux ministres libéraux pour avoir refusé la création d'un corps de police à Chambly, le gouvernement Couillard donne le feu vert à une ville pourtant beaucoup plus petite - Mercier -  pour qu'elle crée son propre service. La décision ne fait pas l'unanimité.

Un texte de Thomas Gerbet

« Incohérence », « manque de courage », « manque de respect »... la mairesse de Châteauguay, Nathalie Simon, fulmine après la décision du ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique, Martin Coiteux. Il a autorisé, hier soir, la municipalité de Mercier [12 000 résidents, dans l'ouest de la Montérégie] à créer son propre service de police. La tendance des dernières années est plutôt au regroupement des services.

Le conflit dure depuis des années. Mercier reçoit les services des policiers de Châteauguay, mais elle juge que la facture est devenue beaucoup trop chère. Il lui en coûte 3,9 millions de dollars par année, soit le quart de tout le budget de la Ville. Mercier a même refusé de payer une partie de son dû pour ne pas imposer une augmentation de taxe de 429 $ en moyenne à ses citoyens. Châteauguay estime que sa voisine lui doit près de 5 millions de dollars.

« Cette autorisation nous permettra d'offrir des services de proximité de la plus grande qualité en tenant compte de la volonté et de la capacité de payer des citoyens », se réjouit la mairesse de Mercier, Lise Michaud. Elle affirme que le nouveau corps de police créé de toute pièce ne coûtera pas plus de 3,2 millions de dollars par année. « Laissez-nous aller, vous allez voir, il sera opérationnel dans huit à 10 mois », promet, confiante, la mairesse qui s'attend à plus de présence policière qu'auparavant sur son territoire. En attendant, c'est la Sûreté du Québec qui fera la transition.

Les villes de la Communauté métropolitaine de Montréal, dont fait partie Mercier, ont en effet l'obligation d'offrir des services policiers de niveau 2, qui incluent par exemple les enquêtes criminelles, l'identification judiciaire ou encore le contrôle de foule. Actuellement, deux policiers sont présents en tout temps à Mercier et de 10 à 20 agents sont disponibles en cas de problème.

« Nous ne remettons pas en cause la volonté de Mercier d'avoir son propre corps policier. Il s'agit là d'autonomie municipale. Nous sommes toutefois convaincus que cette décision sera préjudiciable financièrement aux citoyens de Mercier en premier lieu », commente la mairesse de Châteauguay, Nathalie Simon.

Elle réclame aussi que Mercier paie ce qu'elle lui doit. 

Décisions contradictoires

« Notre priorité est que la sécurité des citoyens continue d'être assurée, et ce, tout en respectant l'autonomie des villes et les compétences de chacune », a déclaré
le ministre Martin Coiteux dans un communiqué. Cette décision est en contradiction avec le refus de la création d'un corps de police à Chambly, l'an dernier, ville de 28 000 résidents.

Le 1er septembre, une juge de la Cour supérieure a autorisé la Ville de Chambly à interroger les anciens ministres de la Sécurité publique Lise Thériault et Pierre Moreau pour qu'ils expliquent ce refus.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine