Retour

Nouvelle tuile pour Ciment McInnis : le transport par train limité

EXCLUSIF - Construite à grands frais, la controversée cimenterie McInnis de Port-Daniel-Gascons, en Gaspésie, se bute à un autre mur. Radio-Canada a appris que le ministère des Transports du Québec lui impose une nouvelle restriction. Le transport de ciment est désormais limité à 10 wagons par semaine entre Matapédia et Caplan, en raison de l'état lamentable de la voie ferroviaire.

Un texte de Véronique Prince, correspondante parlementaire à Québec

Il s’agit d’un obstacle majeur pour la firme, même si 90 % des 2,3 millions de tonnes de ciment qu’elle doit produire sera transporté par bateau. Dans son plan d’affaires, Ciment McInnis projetait d’augmenter le transport par train, à raison de 40 wagons par semaine d’ici l’été prochain, afin de desservir des clients canadiens et américains. Le volume prévu était donc quatre fois plus élevé que ce que lui permet maintenant le gouvernement.

De nombreux acteurs dans le dossier lui ont fait part de leurs inquiétudes liées au développement économique de la région.

Pour sauver la cimenterie, aux prises avec des dépassements de coûts importants, rappelons que la Caisse de dépôt et placement du Québec et Investissement Québec se sont engagés pour un total de 615 millions de dollars en prêts et en capital-action. Cette nouvelle tuile survient d’ailleurs au moment où la Caisse réévaluerait sa participation dans le projet et n’exclurait pas la vente de ses actions.

Les députés de la région demandent au gouvernement d’accélérer la réfection du chemin de fer, prévue pour 2019. Le premier ministre avait annoncé un investissement de 100 millions de dollars au printemps 2017. Le ministère des Transports du Québec avait acquis l’infrastructure ferroviaire de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, au bord de la faillite.

« C’était connu que le chemin de fer devait être au rendez-vous. Le gouvernement est propriétaire du chemin de fer depuis trois ans, est actionnaire dans Ciment McInnis, donc, c’est comme si la main gauche ne savait pas ce que la main droite faisait. La responsabilité du gouvernement, c’est de ne pas mettre des bâtons dans les roues », ajoute le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre.

« On veut que le matériel sorte et aille sur les marchés le plus rapidement possible. Je pense que tout le monde est sur la même longueur d’onde, mais il n’en demeure pas moins que, informé de la fragilité des structures, le ministère doit investiguer davantage », ajoute le ministre Moreau. « Quel que soit le scénario choisi, c’est celui qui permettra d’agir le plus rapidement possible et d’assurer la sécurité des usagers ».

Comme une rencontre est prévue à la fin de la semaine, Ciment McInnis préfère ne pas commenter. Advenant l’impossibilité de réparer rapidement le réseau ferroviaire, tous les scénarios sont envisagés par le gouvernement, même celui d’obliger l’entreprise à porter la responsabilité en cas d’accident.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine