Retour

Obama en colère après la fusillade dans un collège de l'Oregon

« Les pensées et les prières ne sont pas suffisantes » et les fusillades sont devenues « routinières ». C'est avec ce constat que le président Barack Obama s'est adressé aux Américains après une tuerie dans un collège de Roseburg en Oregon qui a fait 10 morts et 7 blessés.

M. Obama a une nouvelle fois appelé le Congrès à légiférer pour mieux encadrer l'utilisation des armes à feu.

« L'idée selon laquelle la violence par les armes serait d'une nature différente, que notre liberté et notre Constitution nous empêchent de légiférer, même modestement, sur la façon dont nous utilisons ces armes [...] cela n'a aucun sens! », a lancé le président.

Par notre inaction, nous sommes collectivement responsables de ces fusillades, a ajouté le président visiblement excédé.

« Nous ne sommes pas le seul pays sur Terre où il y a des gens qui sont malades et qui veulent faire du mal aux autres. Mais nous sommes le seul pays développé sur Terre où l'on voit aussi souvent de tels massacres », a dit le président américain.

En 2012, après une fusillade sanglante dans une école à Newtown, où 20 enfants avaient été tués, M. Obama avait vainement demandé au Congrès d'agir. Il avait alors directement montré du doigt le lobby des armes à feu.

Notre journaliste Raphaël Bouvier-Auclair est à Roseburg, en Oregon

Un puissant lobby et un sujet qui fâche les gens

Des organisations qui défendent le droit de porter des armes à feu, comme la National Rifle Association (NRA), estiment que les employés des écoles devraient être armés. Ils expliquent que les tueries ont lieu dans des zones où il n'est pas permis de porter des armes. Rien n'est moins vrai, selon Francis Langlois, membre associé à l'Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand.

En entrevue à Radio-Canada, M. Langlois explique que la plupart des tueurs qui opèrent ne se préoccupent pas d'une éventuelle résistance armée. « On le voit dans leurs journaux personnels. Sur la préparation de leur méfait. Jamais aucun de ces tueurs-là ne se s'est demandé s'il allait rencontrer de la résistance », dit-il.

Il indique que, comparativement au Canada et à des États comme New York ou la Californie, l'Oregon est très laxiste. « Les gens peuvent se procurer une carabine ou un fusil de chasse assez facilement, à moins d'avoir un casier judiciaire. Un citoyen peut même obtenir un permis de port d'arme dissimulé sur lui. »

Mais l'Oregon n'est pas le pire État, ajoute-t-il. « Dans tous les États où on adopte des lois de type ''Stand your ground'', qui permettent d'utiliser la force létale dans n'importe quelle situation, le taux d'homicide augmente en flèche. »

Le deux tiers des Américains, et même des membres de la NRA, sont pour plus de contrôle des armes à feu d'une façon générale, mais ce n'est pas assez pour contrecarrer la puissance du lobby des armes à feu, fait aussi valoir M. Langlois.

Plus d'articles

Commentaires