Retour

Obama s'apprêterait à dire non à Keystone XL

Le président américain Barack Obama s'apprêterait à rejeter le projet de construction du pipeline Keystone XL de l'entreprise albertaine TransCanada, selon le sénateur du Dakota du Nord, John Hoeven.

Il affirme avoir appris de différentes sources que le président annoncera sa décision le mois prochain après le début de la pause des travaux au Congrès.

Les inquiétudes en matière d'environnement seraient le principal argument de Barack Obama, explique le sénateur républicain. Il dit que si le président rejetait le projet, cette décision irait à l'encontre du rapport favorable au pipeline déposé par le département d'État et publié en janvier 2014.

« Nette possibilité » de rejet, croit Stephen Harper 

Dans une entrevue accordée à Bloomberg mercredi, le premier ministre Stephen Harper a affirmé que le délai dans le processus de décision à Washington est de mauvais présage. Stephen Harper dit aussi qu'une décision en faveur du projet Keystone XL n'est pas tombée depuis longtemps et que cela reflète les politiques particulières de l'administration Obama.

Ceux qui appuient le projet Keystone XL, qui doit relier les gisements de sable bitumineux de l'Alberta et les raffineries du sud-est des États-Unis, disent que cet oléoduc réduirait la dépendance des Américains à l'égard du pétrole du Moyen-Orient. Les opposants croient au contraire qu'il entraînerait un désastre environnemental.

TransCanada attend depuis sept ans la décision des États-Unis quant à son projet. Le pipeline devrait permettre de transporter 800 000 barils de pétrole brut albertain en traversant plusieurs États américains jusqu'aux raffineries installées au Texas.

L'Association canadienne des producteurs pétroliers dit qu'elle attendra la décision finale des autorités américaines avant de commenter.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine