Retour

« On a devant nous un gouvernement qui est usé » - François Legault

Dans son bilan de fin de session parlementaire, le chef de la CAQ, François Legault, déplore qu'après 15 ans de gouvernement libéral le Québec accuse encore des performances économiques moindres que la moyenne nationale tout en étant toujours plus dépendant de la péréquation.

Un texte de Stéphane Bordeleau

Pour le chef de la Coalition avenir Québec, qui était entouré de tous ses députés pour l’occasion, le problème économique du Québec aujourd’hui n’est pas le nombre d’emplois, mais plutôt la qualité des emplois.

« Lorsque les libéraux sont arrivés au pouvoir, en 2003, les Québécois avaient un salaire 4000 $ plus bas que celui des Ontariens. Or, presque 15 ans plus tard, 15 ans de régime libéral, l’écart de 4000 $ est toujours le même, il n’a pas bougé. Et pourtant on a un gouvernement libéral qui dit : "Je suis satisfait de l’économie" », a expliqué François Legault.

Selon le chef de la CAQ, le fait que le Québec reçoive maintenant 11 milliards de dollars de péréquation du fédéral n’est pas acceptable. Une situation qui découle selon lui de la faiblesse endémique des revenus générés par le Québec par rapport à ses voisins.

« On n’a jamais été aussi dépendants de la péréquation. Pourquoi on reçoit de la péréquation? Parce que les revenus au Québec sont moins élevés que les revenus dans le reste du Canada. », a critiqué François Legault.

Les libéraux ne protègent pas les emplois du secteur manufacturier

Pour la CAQ, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a une importante part de responsabilité dans cet écart de rendement économique notamment parce qu’il ne protège pas adéquatement le secteur manufacturier québécois entre autres en n’exigeant pas un seuil minimum de contenu local dans les grands contrats d'infrastructures qu’il signe, notamment celui du REM et de l’AMT.

En ce qui a trait aux familles, le chef de la CAQ a reproché au gouvernement d’aller chercher 800 $ par an dans les poches des familles québécoises en augmentant les taxes et les tarifs.

François Legault a déploré du même souffle les failles dans la gestion du gouvernement qui ouvrent la porte, selon lui, à la corruption et à la collusion, principalement au ministère des Transports, où l’expertise du gouvernement a été considérablement affaiblie au profit du secteur privé. Une situation notamment soulignée dans un rapport de la vérificatrice générale du Québec sur le ministère des Transports déposé cette semaine.

La CAQ prête pour des élections dès la fin de l'été

Bien placé actuellement dans les sondages pour mener une chaude lutte contre les libéraux ou même remporter les prochaines élections, François Legault a déclaré qu’il a demandé à ses troupes de se tenir prêtes à partir du mois d’août prochain en prévision d’un déclenchement des élections qui pourrait survenir, selon lui, cet automne.

Plus d'articles

Commentaires