Retour

« On a une meilleure équipe que l’an passé » - Bergevin

Si l'on en croit l'estimation du directeur général Marc Bergevin, le Canadien de Montréal se retrouve en meilleure posture qu'il y a un an.

Interrogé sur les nombreux changements apportés à l’équipe au cours de la saison estivale, Bergevin est convaincu d’avoir sous la main des éléments plus complets, y compris en défense.

Commentant les nombreux départs au sein de la brigade défensive (Markov, Emelin, Beaulieu), Bergevin a vite tourné la conversation sur les nouveaux visages.

« Les gars qui sont arrivés cet été ont plus d’expérience et bougent mieux la rondelle. Avec la parité de plus en plus présente dans la ligue, c’est important. Dans notre division, Toronto et Ottawa aussi s’améliorent. »

Bergevin est d’avis que le fait d’avoir une surabondance de candidats à la ligne bleue entraînera une saine compétition en interne. Pour lui, il s’agit d’un heureux problème qui permettra à l’entraîneur-chef Claude Julien d’y aller de nombreuses expériences durant le camp d’entraînement qui s’ouvrira officiellement dans trois jours.

Parmi ces défenseurs, il y a le vétéran Mark Streit, qui effectue un retour dans l’organisation du Tricolore. Le Suisse de 39 ans était très heureux d’entendre le téléphone sonner. « Quand j’ai entendu que le Canadien était intéressé [à mes services], c’est certain que je voulais revenir. »

Streit a encore une fois assuré que le départ de Markov n’a eu rien à voir avec son choix. « Ce n’était pas 100 % certain que Markov quitte [Montréal] quand j’ai signé mon contrat ici. Malheureusement, il n’est pas de retour, mais ça n’a pas fait partie de ma décision. »

Pas de remords pour Markov et Radulov

Bergevin est aussi revenu sur la perte d’Alex Radulov et d’Andrei Markov.

Dans le cas de Radulov, il a réitéré qu’il avait déposé une offre identique à celle que l’attaquant a finalement acceptée des Stars de Dallas. Le directeur général a insisté sur le fait que l’offre du CH avait été soumise avant le 1er juillet.

« Il y a beaucoup de choses qu’Alex a dit qui ne sont pas les bons faits », a lancé le DG en réponse à un journaliste qui lui rappelait les propos du Russe au lendemain de la signature de son nouveau contrat avec la formation texane.

Pour ce qui est de Markov, Bergevin a reconnu que le défenseur cherchait un pacte de deux ans, ce qu’il n’était pas prêt à lui consentir étant donné son âge.

Puis, Markov se serait ravisé et aurait été d’accord pour un contrat d’un an, mais cette fois c’est l’écart salarial entre l’offre et la demande qui a mis un terme à la négociation.

« Étant donné son âge, on avait même structuré le contrat avec des bonis, mais il a choisi la KHL et on respecte son choix », a renchéri le dirigeant qui a refusé de confirmer si l’écart entre les demandes de Markov et son offre atteignait le million de dollars.

Le propriétaire du Tricolore, Geoff Molson, a salué les services que Markov a rendus à son équipe. « On est triste de le voir aller en Russie, mais [Markov] a eu toute une carrière avec nous et il sera toujours dans nos coeurs. »

L’entraîneur-chef Claude Julien, de son côté, a préféré se concentrer sur la compétition qui se prépare pour prendre la place du vétéran russe. « Il y a des joueurs qui arrivent et qui sont capables de bouger la rondelle. Est-ce qu'ils sont capables de la bouger aussi bien que Markov? On ne le sait pas encore, mais on a plus de joueurs de défense qui sont capables de bouger la rondelle que dans le passé. C'est sur cette situation qu'on a pris notre décision. »

Bergevin a une marge de manoeuvre de 8,4 millions sous le plafond salarial, mais il ne sait pas encore comment il pourra l'utiliser.

« Je ne pense pas que Marc va dépenser pour dépenser, mais si quelque chose se présente et il a la possibilité de faire [un échange], il va le faire », a ajouté Molson.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine