Retour

On avance l’heure dimanche, mais est-ce encore nécessaire?

La plupart des Canadiens passent à l'heure avancée en fin de semaine. Mais cette mesure visant à réduire la consommation d'énergie en soirée durant l'hiver est-elle toujours nécessaire en 2018?

À 2 h, dans la nuit de samedi à dimanche, il sera en fait 3 h. Si ce changement s’effectue automatiquement sur les appareils intelligents, il doit encore être réalisé manuellement sur les montres et les horloges.

Signe annonciateur du printemps depuis 1963 au Canada, le changement d’heure permet aux Canadiens de profiter de plus de lumière le soir, ce qui est bénéfique pour l'humeur. Certains, comme les enfants, auront toutefois besoin de quelques jours pour retrouver leurs repères et se lever sans difficulté.

Désuet, le changement d’heure?

C’est l'Américain Benjamin Franklin qui a émis l’idée en 1784 de décaler les heures aux changements de saison afin d'économiser de l'énergie. La mesure est aujourd’hui adoptée dans plus de 70 pays.

À l’époque, l’éclairage en soirée représentait une part importante de la consommation d’énergie. Or, de nos jours, il ne dépasse pas 4 % de la consommation résidentielle. C’est particulièrement vrai depuis que les ampoules incandescentes ont été remplacées par des sources lumineuses moins énergivores.

L'éclairage n’a donc plus l’importance qu’il avait en ce qui concerne la consommation d'électricité. Au Canada, le chauffage et la climatisation sont maintenant bien plus énergivores.

Plusieurs se demandent maintenant si cela vaut encore la peine de procéder à ces changements, particulièrement lorsque l’on considère leurs effets négatifs sur le corps humain. Les statistiques montrent que les changements d’heure ont un impact sur le nombre d'accidents de la route et sur certains problèmes de santé, comme les infarctus, dont le nombre augmente en raison de la fatigue.

Pas pour demain

Au Canada, l’Alberta a étudié l’idée de conserver l’heure d’été toute l’année, mais le projet de loi 203 déposé en 2017 qui proposait ce changement a finalement été rejeté.

Un comité parlementaire a conclu qu'il y aurait des conséquences négatives trop importantes pour l’Alberta s'il abandonnait le changement d’heure alors que le reste du pays n'en ferait pas autant.

Il en va de même pour le Canada à l’échelle internationale, compte tenu des liens commerciaux entre les pays qui l'appliquent, dont son principal partenaire, les États-Unis.

Il faut se rappeler qu’en 2007, la dernière fois que le Canada a décidé de modifier ses dates du changement d'heure, il l’avait fait principalement pour ne pas perturber la synchronisation des marchés financiers et le commerce transfrontalier entre les deux pays à la suite d'un changement adopté par nos voisins en 2005.

Depuis ce moment, le passage à l'heure avancée (+1 h) a lieu le 2e dimanche de mars (au lieu du premier dimanche d'avril), et le retour à l'heure normale (-1 h) a lieu le 1er dimanche de novembre (au lieu du dernier dimanche d'octobre).

Une heure de moins pour boire et danser

Les bars et les restaurants doivent cesser la vente de boissons alcooliques au moment d'avancer l'heure. Ces 60 minutes d'exploitation perdues seront récupérées lors du retour à l'heure normale en novembre prochain.

Vérifiez vos avertisseurs de fumée

À chaque changement d'heure, les services de protection contre les incendies demandent à la population de vérifier le bon fonctionnement des avertisseurs de fumée et de remplacer les piles, le cas échéant.

Les pompiers rappellent qu'un avertisseur de fumée fonctionnel permet de sauver des vies. Ils soulignent aussi que les avertisseurs de fumée doivent être remplacés tous les 10 ans.

S'ils sont endommagés, poussiéreux ou qu'ils n'émettent plus de signal après le remplacement de la pile, ils doivent également être changés.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards