De la passation des pouvoirs qui se prépare aux États-Unis à la vague de froid qui frappe l'Europe, la dernière semaine a été riche en actualités internationales. Portraits des sept derniers jours sur la planète.

Un texte d'Alain Labelle

Commençons notre survol en images en passant par Beverly Hills, aux États-Unis, où se déroulait la 74e cérémonie des Golden Globes. Récompensée par le prix Cecil B. DeMille pour l’ensemble de sa carrière, l’actrice Meryl Streep a vertement critiqué l’attitude de Donald Trump, sans jamais prononcer le nom du prochain locataire de la Maison-Blanche. Ce dernier n’a pas tardé de réagir sur Twitter en affirmant que Meryl Streep était « l'une des actrices les plus surestimées d'Hollywood ». M. Trump l’avait pourtant citée parmi ses actrices préférées en 2015 dans une entrevue avec The Hollywood Reporter.

Le coloré politicien a donné sa première conférence de presse depuis les élections. Après la révélation d’un rapport non vérifié sur ses liens avec Moscou, le président désigné a finalement reconnu le rôle de la Russie dans le cyberpiratage visant le Parti démocrate, seule concession de cet exercice où il est resté fidèle à lui-même.

Le réseau CNN a subi les attaques de M. Trump, même s'il s'est contenté de révéler l’existence du rapport sans le diffuser, comme l'a fait Buzzfeed. « Vous nous attaquez, pouvez-vous nous donner une question? », lui a lancé un journaliste de CNN assis au premier rang et qui tentait depuis une heure d'obtenir le droit de poser une question. « Non. Vous faites de fausses nouvelles », a rétorqué M. Trump, avant de passer la parole à une autre journaliste. Le ton présidentiel est donné.

À Washington, le Comité judiciaire du Sénat des États-Unis a rencontré cette semaine les membres du Cabinet de Donald Trump pour approbation. Le passage de Jeff Sessions, choisi pour diriger le département de la Justice, a été particulièrement houleux. L’homme du président a été pressé de questions, notamment en lien avec la torture, la possibilité d'interdire l'accès au territoire américain pour les musulmans et les poursuites éventuelles contre Hillary Clinton. En outre, le sénateur de l'Alabama s’est évertué à nier les allégations lui prêtant des sympathies pour les suprématistes blancs du Ku Klux Klan. Comme le montre cette photo, son audience a été perturbée par des manifestants déguisés en membres du KKK.

Et pendant que l’un s’apprête à entrer en fonction, l’autre fait ses adieux. Le président Barack Obama était de passage à Chicago, sa ville d'adoption, où il a prononcé son discours d’adieu. Il est revenu sur le bilan de ses huit années à la présidence, mais il a surtout fait un plaidoyer pour la démocratie ainsi que le pouvoir du citoyen et ses devoirs, soit les principes mêmes qui s’inscrivent dans la Constitution américaine. M. Obama s’est montré émotif après avoir remercié son épouse Michelle, ses filles, son vice-président, Joe Biden, et son équipe de travail.

Dans le pays voisin, le Mexique, des manifestants continuent de s’opposer à la hausse de 20 % du prix de l'essence en vigueur depuis le jour de l'An. Sur cette photo, un homme appelle ses concitoyens à la retenue alors qu’ils vandalisent la Macroplaza de Monterrey.

Le président Obama avait retiré les troupes américaines d'Irak en 2011, conformément à sa promesse électorale. Avant d'être contraint à en renvoyer en renfort à l'armée irakienne face au groupe armé État islamique. L’armée tente toujours de reprendre Mossoul, après plus de trois mois d'offensive. La guerre se joue maintenant de quartier en quartier, comme le montre cette photo des forces gouvernementales qui lancent un missile vers une position tenue par des djihadistes.

La photo suivante montre un peu d’humanité dans cette guerre qui tue et blesse des centaines de civils. Un soldat irakien donne à manger à une fillette et à un chat dans le quartier al-Zohour.

Certains migrants qui ont fui la guerre contre l’EI vers l’Europe ont dû faire face à un nouvel obstacle cette semaine, le froid. L'Agence des Nations unies pour les réfugiés s'est alarmée du sort des réfugiés et des migrants, particulièrement vulnérables à la vague de grand froid qui s'est abattue sur une partie du vieux continent. Pas moins de 1200 hommes sont exposés à des conditions extrêmes dans des camps de fortune à Belgrade. Vivant sous des tentes, sans eau ni chauffage, ils sont soumis à des températures polaires qui les mettent en danger de mort. Sur cette photo, des migrants attendent un repas dans la capitale serbe.

En Grèce, il a fait 0 degré Celsius à Athènes, et jusqu'à -15 degrés Celsius dans le nord du pays. Voici une photo du Parthénon d’Athènes recouvert de neige. Les autorités ont même ordonné la fermeture de plusieurs établissements publics en raison du froid et de la glace.

À Rome, en Italie, le thermomètre a chuté jusqu'à -10 degrés Celsius, transformant même la fontaine des Naïades en œuvre de glace.

Pour terminer, l’Australie connaissait de son côté des températures opposées! Sur cette photo, des spectateurs du tournoi international de tennis de Sydney tentent de se rafraîchir alors que les températures dépassent 40 degrés Celsius. Bonne semaine en images!

Plus d'articles

Commentaires