Les frontières et l'immigration ont encore retenu l'attention sur la scène internationale avec d'importantes manifestations au Mexique contre le projet de mur américain, et au moment où la campagne présidentielle française s'intensifie. Survol en images d'une semaine chargée d'actualité.

Un texte d'Alain Labelle

Commençons cette revue pas très loin de chez nous, à la frontière avec les États-Unis. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) y intercepte de plus en plus de réfugiés qui tentent d’entrer au pays illégalement en provenance des États-Unis.

C’est le cas de cette famille soudanaise qui a été arrêtée à Hemmingford, au Québec, au moment où elle tentait de traverser à pied la frontière séparant les deux pays. La femme et ses enfants s’y étaient rendus en taxi (en arrière-plan).

Ils ont été transférés au centre de surveillance de l'immigration de Laval, d’où ils ont demandé le statut de réfugiés. Selon l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), le nombre de migrants qui traversent illégalement la frontière canado-américaine dans l'espoir de demander asile ne cesse d’augmenter depuis quelques mois.

Cette hausse semble liée à l’arrivée de Donald Trump à la tête des États-Unis et à ses politiques migratoires qui ne font pas sensation chez l’autre voisin des Américains, le Mexique. Encore cette semaine, de nombreuses manifestations anti-Trump s'y sont déroulées, comme celle-ci, organisée dans la ville de Mexico, qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes s’opposant à la construction de ce que le président décrit comme un « gros et beau mur frontalier ».

L’une des admiratrices de Donald Trump, la candidate à la présidentielle française et chef du Front national, Marie Le Pen, était en campagne dans le sud de la France cette semaine, où elle a martelé son message anti-immigration. La prochaine photo la montre à la frontière franco-italienne après avoir visité le poste Saint-Louis, situé à Menton.

Voici une photo spectaculaire également en provenance de la France. Face à la menace croissante de drones malveillants, l’armée française explore toutes ses options de défense. Comme le recours aux aigles royaux, des recrues entraînées depuis six mois dans les Landes à chasser les drones.

La France était aussi secouée cette semaine par un cas de violence policière. L’arrestation brutale à Bobigny d’un jeune travailleur noir de 22 ans a créé un tollé. « Flics, violeurs, assassins! » scandaient les centaines de manifestants rassemblés à Paris pour protester contre le racisme systémique.

Le racisme était aussi à l’esprit de plusieurs artistes qui ont décrié le choix des gagnants des prix Grammy, dont la remise cette semaine était teintée par la controverse. C’est la chanteuse très blanche Adèle qui a remporté les grands honneurs, comme le montre cette photo prise lorsqu’elle a reçu le prix de la chanson de l’année pour Hello des mains de Céline Dion.

De nombreuses personnes se sont offusquées de sa récolte de cinq trophées pour son album 25, jugé par certains comme très bon, mais sans parallèle avec l’opus Limonade de Beyonce, pourtant acclamé par la critique. La chanteuse enceinte de jumeaux a d’ailleurs offert une ode à la maternité, qui a marqué les esprits.

Pendant ce temps, à Washington, la semaine du président Trump fut « tremendous ». Entre visites officielles, tir de missiles nord-coréens et scandale russe, il a réussi encore une fois à retenir l’attention de l’actualité internationale.

L’homme le plus puissant de la planète a rencontré le premier ministre canadien à Washington. Les deux leaders ont insisté sur la « relation exceptionnelle » qui unit les deux pays. Sur cette photo, M. Trudeau semble hésiter (ce n’est qu’une impression) à serrer la main du président devant les caméras. Il faut dire que le premier ministre japonais avait eu droit à une poignée bien sentie de 19 secondes quelques jours avant lui.

La conférence de presse commune des deux dirigeants était l’occasion d’apercevoir la garde rapprochée du président, dont Kellyanne Conway, Steve Bannon, Reince Priebus et, au centre, Michael Flynn, qui en était à sa dernière apparition publique comme conseiller à la sécurité nationale. L’ancien général a dû démissionner cette semaine après avoir admis qu’il avait discuté des sanctions imposées à la Russie par l'ancien président Barack Obama avec l'ambassadeur russe aux États-Unis.

Le président Trump a aussi, cette semaine, tenu une longue conférence de presse improvisée et décousue durant laquelle il a défendu avec virulence son début de mandat agité et s’est lancé dans de longues tirades contre les médias et leurs « fausses nouvelles ». Coïncidence toute en humour, le Westminster Kennel Club Dog Show de New York a décerné le titre de plus beau chien au monde à un berger allemand portant le nom de « Rumeur ». Les temps sont durs pour les « vraies » informations!

Si l’atmosphère est restée courtoise entre les dirigeants canadien et américain, elle était beaucoup plus détendue lorsque Donald Trump a reçu le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, qu'il a appelé par son surnom, Bibi. Pour la première fois depuis un demi-siècle, le président a marqué une rupture dans la politique américaine au Proche-Orient en déclarant que la solution à deux États pour régler le conflit israélo-palestinien n'était pas la seule voie possible pour la paix. Au grand plaisir de son invité, mais laissant bouche bée l’ensemble des acteurs de la région, dont M. Nétanyahou.

D’ailleurs, la rencontre a été l’objet de nombreuses manifestations, comme le montre cette photo prise devant l’ambassade américaine de Tel-Aviv, en Israël.

Le premier ministre Justin Trudeau avait un emploi du temps bien chargé cette semaine. Après les États-Unis, il a mis le cap sur l’Europe, où il a signé l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne à Strasbourg, en France. Il s’est aussi rendu à Berlin, où il a rencontré la chancelière Angela Merkel. Il lui a remis une photo de son père et lui, à 10 ans, avec le chancelier de l’époque, Helmut Kohl.

Au Kenya, ce ne sont pas les frontières avec les autres pays qui posent problème actuellement. Alors que le pays traverse l’une des pires sécheresses de son histoire, les habitants de plusieurs villages n’ont d'autre choix que de briser des clôtures pour entrer dans un parc national et accéder à de l’eau. Mais il faut d’abord chasser les éléphants, eux aussi assoiffés.

Un événement très controversé se tenait cette semaine : la Saint-Valentin. Une fête que certaines étudiantes musulmanes de Surabaya, en Indonésie, n’apprécient pas. La prochaine photo montre une manifestation anti-Saint-Valentin qu’elles avaient organisée.

Mais les coeurs tendres n’avaient rien à faire de ce coup de gueule. Entre ces deux alpagas nommés Roméo et Juliette d’un zoo situé à Krasnoyarsk, en Russie, il n’y avait qu’un coup de coeur! Bonne semaine en images!

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine