La Corée du Nord qui bombe le torse lors d'un défilé militaire dont elle seule a le secret, la Turquie qui donne encore plus de pouvoir à son président lors d'un référendum contesté, et la France qui se prépare à l'une des élections présidentielles les plus serrées et les plus sécurisées de son histoire. La semaine qui se termine a été encore une fois très remplie dans actualité internationale. Notre survol.

Un texte d'Alain LabelleCommençons notre retour sur images par cette histoire de persécution des homosexuels de Tchétchénie, en Russie. Une enquête du journal Novaïa Gazeta a révélé que les autorités locales ont arrêté plus de 100 homosexuels et incité leurs familles à les tuer pour « laver leur honneur ». Selon des témoignages, au moins deux personnes ont été assassinées par leurs proches et une troisième est morte des suites d'actes de torture. La nouvelle a semé la consternation en Occident, où des manifestations se sont déroulées dans plusieurs villes en guise d’appui à la communauté gaie tchétchène, comme le montre la prochaine photo prise à Mexico.

Des manifestations monstres se sont encore tenues cette semaine au Venezuela contre le gouvernement de Nicolas Maduro et sa gestion de la crise économique. Trois personnes ont été tuées durant les manifestations au cours des derniers jours. La prochaine photo prise à Caracas rappelle celle de « l’homme de Tiananmen » qui s’était tenu devant un tank lors d’une manifestation en 1989, en Chine.

Autre pays, autre manifestation publique. En Corée du Nord, toutefois, personne n’a osé remettre en question l’autorité du « commandant suprême » Kim Jong-un, lors d’un grand défilé militaire qui se tenait à Pyongyang à l’occasion du 105e anniversaire de la naissance de son fondateur, Kim Il-sung.

La tension avec les États-Unis reste vive. Pyongyang a même profité de l’occasion pour tenter de lancer un missile balistique, sans succès, malgré les menaces du président Trump. Il avait précédemment annoncé l’envoi d’une « armada » vers la péninsule coréenne. Or, les navires faisaient plutôt route vers l’océan Indien pour des manœuvres conjointes avec l’Australie. Le vice-président américain Mike Pence était pour sa part en Corée du Sud cette semaine. La prochaine photo le montre en conversation avec un militaire américain dans la zone démilitarisée à la frontière nord-coréenne.

Malgré la tension, le président Trump a quand même souligné la fête de Pâques.

La première dame a pour sa part raconté une histoire aux enfants et animé le traditionnel roulement des œufs sur le gazon de la Maison-Blanche.

C’est au tour des Français d’élire un nouveau président, et le premier tour de la présidentielle se déroule dimanche, dans un climat de tension après qu’un homme eut tiré délibérément sur des policiers, en tuant un et en blessant deux autres, sur les Champs-Élysées à Paris. La prochaine photo montre un homme d’Enghien-les-Bains lisant les pancartes électorales des 11 candidats, dont les 4 principaux se retrouvent pratiquement à égalité dans les sondages.

Le candidat d’En marche! Emmanuel Macron ne semble pas avoir eu vent de l’épisode de la politique québécoise qui a fait de Gilles Duceppe la tête de Turc des caricaturistes alors qu’il visitait une fromagerie en campagne électorale en 1997. Le candidat français a visité l’entreprise KRYS de Bazainville vêtu d’un bonnet blanc. Dans son cas cependant, aucun caricaturiste ne s’est emparé de l’image!

Le candidat socialiste Benoit Hamon n’a pas hésité pour sa part à enfiler le boléro rouge et or traditionnel du torero lors d’un passage à Aignan, au grand plaisir des journalistes présents.

De l’autre côté de la Manche, les Britanniques ont appris avec surprise qu’ils devront également se choisir un nouveau dirigeant dans les prochaines semaines. La première ministre Theresa May a appelé à la tenue d’élections législatives anticipées le 8 juin, devant sa résidence de Downing Street. Mme May, qui a succédé à David Cameron après sa démission à la suite du vote en faveur du Brexit, veut conforter son mandat et sa majorité par le vote populaire avant les difficiles négociations sur la sortie de l’Union européenne.

La Turquie a de son côté peut-être amorcé un virage autoritaire. Le président Recep Tayyip Erdogan s’est félicité de sa victoire au référendum sur l’extension de ses pouvoirs, mais le scrutin a été marqué par une campagne que des observateurs étrangers ont jugée inéquitable.

Et puis, pour terminer notre panorama hebdomadaire, voici une belle histoire en provenance de Mossoul, en Irak, un coin du monde qui est beaucoup plus associé aux horreurs de la guerre depuis quelques années. Celle du violoniste Ameen Mukdad, 28 ans, qui a vécu plus de deux ans dans la ville contrôlée par l’État islamique et dont les membres lui avaient interdit de jouer en détruisant ses instruments. Le voici dans les ruines du sanctuaire de Nabi Yunus, dans l'est de Mossoul, libéré le 16 janvier par les forces irakiennes. Bonne semaine en images!

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine