Nouveau lancement de missiles en Corée du Nord. Chaos à la Maison-Blanche, aux États-Unis. Élections contestées au Venezuela. La semaine qui se termine n'a pas été de tout repos dans le monde. Notre retour en images.

Un texte d'Alain Labelle

L’actualité internationale commence cette semaine à la frontière canadienne de Saint-Bernard-de-Lacolle, au Québec. Des dizaines d'Haïtiens en provenance des États-Unis la traversent illégalement depuis quelques mois, mais le phénomène a pris de l’ampleur dans les dernières semaines.

C’est que le président américain, Donald Trump, menace de leur retirer un statut de protection temporaire qu’ils avaient reçu après le tremblement de terre de 2010. Ils craignent maintenant d’être renvoyés en Haïti sans autre formalité s’ils restent aux États-Unis. Ils arrivent à Champlain, dans l'État de New York, à pied, en taxi ou en autobus.

Toujours dans l’État de New York, des policiers ont procédé, lors d'un événement public qui se tenait dans Central Park, à la destruction de plus de 650 objets d’ivoire confisqués. La démonstration vise à décourager le commerce illégal de l’ivoire. La quantité détruite équivaut à la mort de 100 éléphants.

À quelques rues de là, le poète de rue Allan Andre compose des œuvres à l’aide d’une vieille machine à écrire à la demande des passants. L’artiste, qui écrit des poèmes, mais également des vœux de mariage, des lettres d’amour, des remerciements et même des lettres d’insultes, s’inspire parfois de la politique.

La semaine qui se termine a fort probablement été une grande source d’inspiration pour le compositeur urbain. Le coloré directeur des communications de Donald Trump, Anthony Scaramucci, a été remercié après seulement 10 jours en fonction. Le voici au milieu d’une tempête à l’aéroport de Ronkonkoma, à New York, après avoir causé les départs du chef de cabinet de la Maison-Blanche Reince Priebus et de son porte-parole Sean Spicer. Mais le vent de changement n’allait pas l'épargner.

Dans un étrange retour des choses, le remplaçant de Reince Priebus, le général à la retraite John Kelly, a remercié M. Scaramucci afin d’envoyer un message clair « que l'improvisation et le manque de discipline » ne seront plus tolérés à Washington. La prochaine photo montre John Kelly avec le président, peu de temps après avoir été assermenté.

La situation est toujours explosive au Venezuela, où se tient un autre genre de lutte pour le pouvoir. Le président Nicolas Maduro, que l’on voit ici quelques instants après avoir voté, a tenu un scrutin afin d’élire les membres de sa controversée Assemblée constituante. Une élection boycottée par ses opposants, qui l’accusent de vouloir instaurer une dictature communiste en s’arrogeant tous les pouvoirs.

Le président vénézuélien s’est attiré les critiques de la communauté internationale. Les conditions du vote ont été dénoncées par l'Union européenne, les États-Unis et plusieurs pays d'Amérique du Sud comme l'Argentine et la Colombie. Le vote a été marqué par des manifestations et de fortes violences dans les rues de Caracas, qui ont fait plus de 10 morts et de nombreux blessés.

Le voisin brésilien a aussi connu de vives tensions. Le président Michel Temer a réuni suffisamment de voix de parlementaires pour éviter un procès à son encontre pour corruption devant la Cour suprême, ce qui n’a pas manqué de créer des remous dans les grandes villes du pays, notamment à Sao Paulo.

Le processus démocratique est également mis à rude épreuve dans quelques pays africains, où des élections se dérouleront prochainement. Au Kenya, des élections générales sont prévues le 8 août. Le président actuel Uhuru Kenyatta tente de se faire réélire pour un second mandat. La prochaine photo montre son adversaire Raila Odinga quelques instants avant de monter sur scène pour s’adresser à des milliers de partisans réunis à Suswa.

De nombreux Kenyans, traumatisés par les violences postélectorales de la dernière élection, fuient les grandes villes comme Nairobi et mettent le cap vers des régions rurales moins exposées à la violence. La prochaine photo montre un homme de Nairobi plaçant sa motocyclette sur le toit d’un bus avant d’entreprendre le trajet qui l’éloignera de la ville.

Au Rwanda, 6 millions d’électeurs ont désigné Paul Kagame pour se succéder à lui-même à la tête de l’État qu’il dirige d’une main de fer depuis 23 ans. La prochaine photo montre un rassemblement de ses électeurs qui se tenait à Burera dans le nord du pays.

Au Zimbabwe, le président Robert Mugabe, âgé de 93 ans, n’a toujours pas désigné de dauphin pour lui succéder aux élections qui doivent se dérouler en 2018. Le président, qualifié de dictateur par ses opposants, est à la tête du pays depuis 1987. On le voit ici avec sa femme lors d’un rassemblement organisé à Chinhoyi durant lequel il a déclaré qu’il « était le seul capitaine à bord ».

Un autre nonagénaire, le prince Philippe du Royaume-Uni, a quant à lui décidé de se retirer de la vie publique à l’âge de 96 ans lors d’un 22 219e et dernier engagement public durant lequel il a passé en revue des militaires de la marine britannique. Le mari de la reine Élisabeth II continuera à apparaître occasionnellement aux côtés de sa femme.

Pour terminer la semaine, voici la photo gagnante du concours « Travel Photographer of the Year » du magazine National Geographic. Le photographe mexicain Sergio Tapiro Velasco a remporté les honneurs avec son cliché du volcan Colima pris le 13 décembre 2015, au Mexique. « Cette photo est véritablement un cadeau que la nature m’a offert », a-t-il déclaré au National Geographic. Bonne semaine en images!

Plus d'articles

Commentaires