Un premier navire de guerre américain jette l'ancre au Vietnam depuis la fin de la guerre il y a 40 ans, le président américain Donald Trump accepte de participer à un sommet historique avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et, au Kenya, le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle ne se porte pas bien. Retour en images sur l'actualité internationale.

Un texte d'Alain LabelleLa cérémonie des Oscars, la grande fête du cinéma américain qui récompense les meilleurs films de l’année, s’est déroulée cette année dans la foulée du mouvement #metoo et des allégations contre le producteur Harvey Weinstein. Lorsqu’elle a reçu son trophée de la meilleure actrice pour son rôle dans « Trois affiches tout près d'Ebbing, Missouri », l’actrice Frances McDormand a prononcé un discours féministe et inclusif très remarqué. Elle a demandé à toutes les femmes en nomination de se lever, suscitant un moment d'émotion dans le public.

La Journée internationale de la femme a été soulignée un peu partout dans le monde. La propriétaire d’un restaurant de la chaîne McDonald’s de Lynwood, en Californie, a décidé de leur rendre hommage en renversant le « M » de son enseigne pour former un « W » pour women (femmes, en anglais).

À Thane, en banlieue de Mumbai, en Inde, cette journée a été soulignée d’une façon originale. L’ONG « Make Love Not Scars » a organisé un défilé de mode auquel ont participé neuf femmes victimes d’attaques à l’acide sulfurique, des agressions visant le visage de femmes dans le but de les punir pour un « crime d'honneur ». Cette organisation aide les survivantes à reconstruire leur vie et, dans de nombreux cas, leur visage.

En Turquie, la Journée internationale de la femme avait des accents politiques. Des dizaines de milliers de femmes ont défilé sous haute surveillance policière sur l'avenue Istiklal d'Istanbul brandissant des bannières proclamant « Nous sommes fortes ensemble! », « Résisterez-vous avec nous ce printemps? » et criant des slogans parfois hostiles au gouvernement de Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier a d’ailleurs profité de l’occasion pour demander aux femmes d’avoir « au moins trois enfants ». Une déclaration qui n’a pas manqué de susciter des critiques.

L’inclusion était également un thème central du 40e Mardi gras de Sydney, en Australie, l'un des plus grands festivals du monde. Le photographe David Gray de Reuters a été témoin d’une scène cocasse. L’histoire ne dit pas comment cet homme a réussi à entrer dans la toilette mobile.

Le controversé suprémaciste blanc Richard Spencer a prononcé un discours à East Lansing, aux États-Unis, et l’inclusion n’était certainement pas à l’ordre du jour de son exposé. De nombreux admirateurs s’étaient rassemblés à l’extérieur de l’Université d’État du Michigan pour manifester leur soutien à ce militant d'extrême droite, mais d’autres s’étaient également déplacés pour décrier son message raciste.

Une lettre écrite par le physicien Albert Einstein, qui a lui-même fui l'extrême droite et l’Allemagne nazie vers les États-Unis en 1933, a été vendue aux enchères pour 103 700 $ US à Jérusalem, en Israël. Cette lettre manuscrite sur la théorie de la gravitation, rédigée en allemand, a été envoyée par Albert Einstein en 1928 de Berlin à un collègue mathématicien. Son acquéreur est resté anonyme.

Une autre relique d’un temps passé a marqué l’actualité. Les restes du Lexington, un porte-avions américain de la Seconde Guerre mondiale coulé par les Japonais en 1942, ont été localisés en mer de Corail par une équipe de recherche financée par le milliardaire Paul Allen, cofondateur de Microsoft. L’épave se trouve à 3000 mètres de profondeur, à 800 kilomètres au large de l’Australie. Onze des 35 avions que transportait le navire s’y trouvent également.

Une autre histoire de porte-avions en provenance d'Asie a fait les manchettes. Pour la première fois depuis la fin de la guerre du Vietnam, il y a plus de 40 ans, un porte-avions de la marine américaine a jeté l'ancre au Vietnam, dans le port de Danang. Les États-Unis ont décrit cette visite de quatre jours de l'USS Carl Vinson comme une occasion de renforcer l'amitié entre les deux anciens ennemis. Mais les observateurs y voient plutôt un message adressé à la Chine, qui ne cesse d’avancer ses pions en mer de Chine méridionale, malgré l’opposition des pays de la région qui revendiquent aussi certaines zones.

En Chine, les députés s'apprêtent à accorder à Xi Jinping la possibilité de rester à la tête du pays aussi longtemps qu'il le voudra. Tout indique que l'Assemblée nationale populaire supprimera la limite de deux mandats de la présidence en adoptant un amendement constitutionnel. Il est devenu au fil des années le chef le plus puissant qu'ait connu la Chine depuis Mao.

Un changement de cap diplomatique s’est opéré dans le conflit qui oppose la Corée du Nord à la Corée du Sud et ses alliés. Dans un premier temps, Kim Jong-un, le chef suprême de la République populaire démocratique de Corée, a reçu à Pyongyang le conseiller présidentiel à la sécurité nationale de la Corée du Sud, Chung Eui-yong. Les deux Corées se sont mises d’accord sur la tenue d’un sommet entre les deux pays en avril, au milieu de la zone démilitarisée qui sépare les deux pays. Par ailleurs, le président américain Donald Trump a accepté de rencontrer Kim Jong-un d’ici le mois de mai.

Un autre conflit continue de retenir l’attention internationale. Les convois humanitaires de l’ONU et du Croissant-Rouge peinent à rejoindre les populations de la Ghouta orientale. Pas moins de 940 civils, dont environ 200 enfants, ont été tués depuis la mi-février dans les assauts des forces prorégime qui cherchent à reprendre totalement ce dernier bastion rebelle aux portes de Damas, fief du pouvoir de Bachar Al-Assad. Des convois humanitaires ont réussi à pénétrer dans l’enclave, mais ont dû abréger leurs missions en raison des bombardements. Le Conseil de sécurité de l'ONU a de nouveau réclamé le respect du cessez-le-feu, exigé et ignoré depuis dix jours.

Au Royaume-Uni, une histoire d’espionnage digne de la guerre froide a fait les manchettes. L'ex-espion à la retraite Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Youlia, 33 ans, ont été retrouvés inconscients, sans blessure visible, sur un banc d'un centre commercial de la ville de Salisbury. Ils auraient été victimes d'une attaque avec un agent chimique qui aurait atteint leur système neurologique, et se trouvent entre la vie et la mort. Les regards se sont rapidement tournés vers la Russie, puisque l’homme était un ancien agent double russe qui travaillait pour les services de renseignement britanniques.

Une ancienne colonie britannique, la Sierra Leone, a passé le test de la démocratie cette semaine. Pas moins de 16 ans après la fin de la guerre civile, les citoyens de ce pays pauvre d'Afrique gangrené par la corruption se sont déplacés en grand nombre pour élire leurs nouveaux président, vice-président, membres du Parlement et conseillers locaux. La mission européenne d'observation des élections en Sierra Leone a salué la « bonne organisation » du scrutin, dont les résultats seront connus dans les prochains jours.

Des agents de la faune d’une autre ancienne colonie anglaise, le Kenya, tentent actuellement de sauver Sudan, 45 ans, le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle. La bête, qui est gardée 24 h sur 24 dans la réserve Ol Pejeta, est malade depuis quelques semaines et son état de santé inquiète les vétérinaires. Outre ce mâle, il ne reste que deux femelles de cette sous-espèce menacée d’extinction en raison du braconnage.

Les immeubles portant la griffe « Trump » sont peut-être, eux aussi, en voie de disparition. L'homme d'affaires chypriote Orestes Fintiklis, qui possède une majorité des parts du Trump Ocean Club International Hotel and Tower de Panama City, a fait retirer les lettres associées à Donald Trump d’un complexe de luxe situé dans un quartier chic. Il a indiqué qu’un tribunal avait mis un terme au différend commercial l'opposant à la Trump organization dirigée par les deux fils du président. Celle-ci a déclaré que la décision n’était pas définitive, et qu’elle entendait se battre jusqu’au bout. D’autres immeubles, comme à Toronto ou dans le quartier Soho à New York, ont aussi abandonné le nom controversé. Bonne semaine en images!

Plus d'articles