Une caravane de migrants provoque les foudres de Donald Trump, l'égérie de la lutte antiapartheid Winnie Mandela s'éteint et l'étau de la justice brésilienne se resserre autour de l'ex-président Lula. Retour en images sur l'actualité internationale.

Un texte de Joëlle Girard

Des Philippines à l'Amérique, en passant par la bande de Gaza, des millions de chrétiens dans le monde ont célébré Pâques le week-end dernier. Ci-dessous, des Palestiniens assistent à une messe à l'église Saint-Porphyre de Gaza.

Si le pape François a profité de sa traditionnelle allocution pascale pour lancer un message de tolérance et de réconciliation, le président américain en a fait tout autrement. Juste après avoir offert ses voeux à ses concitoyens sur son compte Twitter, il a lancé une diatribe contre le Mexique, estimant que le pays « ne fait rien » pour empêcher les migrants d'Amérique centrale de franchir ses frontières.

C'est que le bouillant président a été piqué au vif par des images diffusées sur la chaîne Fox News. On y voit quelque 1500 migrants, originaires du Guatemala, du Salvador et du Honduras, en train de marcher à travers le Mexique pour demander l'asile aux États-Unis. Partie de la ville de Tapachula, près de la frontière guatémaltèque, cette caravane baptisée « Viacrucis Migrante 2018 » espère se rendre à Tijuana, près de la frontière américaine, d'ici un mois.

En faisant voyager les migrants en groupe et au vu de tous, l'organisation « Pueblos sin fronteras » (Peuples sans frontières) espère les protéger des autorités, mais aussi des gangs et des cartels dont ils sont régulièrement victimes quand ils sont isolés.

Dans un tel contexte, on peut se demander ce qu'aurait pensé Martin Luther King, lui qui rêvait d'une Amérique sans discrimination où les gens, peu importe leur origine, vivraient en harmonie. Même si les États-Unis de Donald Trump s'éloignent de l'idéal de terre d'accueil et d'ouverture du célèbre pasteur, le 50e anniversaire de sa mort a été souligné un peu partout au pays mercredi, notamment à Memphis, ville où il a été assassiné d'une balle dans la gorge.

Une autre icône du combat pour les droits des Noirs a été célébrée cette semaine. L'égérie de la lutte antiapartheid en Afrique du Sud Winnie Mandela s'est éteinte à l'âge de 81 ans. Celle qui fut l'épouse de Nelson Mandela pendant 38 ans, dont les 27 qu'il a passés en prison, lègue toutefois un héritage controversé. D'abord célébrée comme une militante passionnée et déterminée, elle fut ensuite accusée de torture et de violations des droits de l'homme.

Au Brésil, l'ex-président Lula est lui aussi à l'origine d'un legs politique controversé. Le favori pour l'élection présidentielle d'octobre pourrait être incarcéré au cours des prochains jours en raison d'une affaire de pots-de-vin qui le talonne. Lula, qui jouit d'un impressionnant soutien populaire, nie le tout farouchement. Il dénonce plutôt un complot visant à l'empêcher de briguer un troisième mandat. Après que la Cour suprême eut rendu sa décision, les autorités se sont efforcées de séparer les manifestants pro et anti-Lula dans les rues des grandes villes brésiliennes.

En France, ce sont les cheminots et les fonctionnaires qui sont sortis dans les rues pour défendre le « modèle social français ». Ils ont pris part à un mouvement de grève « massif » contre les réformes tous azimuts du gouvernement d'Emmanuel Macron. Cette mobilisation s’inscrit dans le cadre d’une série de grèves tournantes qui vont s’étendre sur trois mois.

En Palestine, le climat est aussi tendu depuis que plusieurs militants ont été tués par l'armée israélienne à la frontière avec la bande de Gaza. Israël a annoncé cette semaine qu'il ne collaborerait avec aucune enquête indépendante sur ces incidents frontaliers, malgré les appels internationaux en ce sens. Pendant ce temps, les Gazaouis enterrent leurs morts et la flambée de violence se poursuit.

En Turquie, c'est un hôpital qui a été la proie des flammes jeudi. Situé à Istanbul, l'établissement de 300 lits a été ravagé par un violent incendie. Si aucune victime n'a été déplorée, l'incident a toutefois donné lieu à des images impressionnantes. Ci-dessous, un homme aide les pompiers à secourir une personne blessée.

Pendant ce temps, dans la capitale turque, le président Recep Tayyip Erdogan recevait ses homologues iranien Hassan Rohani et russe Vladimir Poutine pour discuter du sort de la Syrie, sans les États-Unis. Ils ont notamment parlé de la reconstruction du pays et de la nécessité d'assurer la sécurité de manière durable dans la région.

Vladimir Poutine et la Russie ont continué d'être sous les feux de la rampe en raison des expulsions croisées de diplomates. Cette vague d'expulsions historique est survenue dans la foulée de l'empoisonnement, en sol britannique, de l'ex-espion russe Serguei Skripal et de sa fille Ioulia, qui sont maintenant hors de danger. Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni jeudi pour traiter de cette crise à l'origine de vives tensions entre l'Est et l'Ouest. Sur la photo ci-dessous, des soldats russes patrouillent devant le consulat général des États-Unis à Saint-Pétersbourg, où les employés procèdent au déménagement du mobilier après que Moscou en eut exigé la fermeture.

Si l'on assiste à un refroidissement des relations entre la Russie et l'Occident, le climat est tout autre dans la péninsule coréenne. Kim Jong-un a même assisté, à Pyongyang, à un spectacle mettant en vedette des stars de la K-pop sud-coréennes. L'événement a donné lieu à un drôle de « portrait de famille » en compagnie du leader nord-coréen, qui a affirmé avoir apprécié la prestation des artistes. Un revirement d'autant plus surprenant que la consommation de produits culturels en provenance de la Corée du Sud est un crime en Corée du Nord.

Au Japon, des touristes et des amants de la nature ont eux aussi eu droit à un magnifique spectacle. Les fameux cerisiers japonais ont commencé à perdre leurs fleurs dans une pluie de délicats pétales. Le phénomène est d'autant plus prisé que la floraison est courte, en plus d'être soumise aux caprices de la météo printanière.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce chien refuse qu'on le prenne en photo





Rabais de la semaine