Retour

Ontario : Le plus important service policier autochtone au pays pourrait déclencher une grève

Les membres du Service de police nishnawbe-aski, le plus grand service de police autochtone au pays, pourraient déclencher la grève demain si une entente de principe ne survient pas entre l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et leur employeur.

Un texte de Pierre-Mathieu Tremblay

Un tel conflit aurait des conséquences imprévisibles sur le maintien de l'ordre dans le Grand Nord de l'Ontario. C'est que le Service de police nishnawbe-aski, présent dans 35 communautés autochtones, dont plusieurs sont éloignées, n'est pas considéré comme un service essentiel. 

En d'autres termes, si un conflit éclate demain, tous les policiers nishnawbe-aski pourront légalement débrayer. Dans un tel scénario, c'est la Police provinciale de l'Ontario (PPO) qui serait appelée à intervenir dans les communautés desservies par les policiers autochtones.

Mais comment se déroulerait un tel conflit concrètement? La situation varierait grandement d'une communauté à l'autre.

Des kilomètres et des kilomètres

La carte ci-dessous présente, en bleu, les 35 communautés autochtones desservies par la police nishnawbe-aski. En orange, on voit les postes de la Police provinciale de l'Ontario qui sont situés les plus près de ces communautés.

On constate qu'en cas de conflit, les policiers du détachement de la PPO de Gogama auraient un peu plus de 20 kilomètres à parcourir pour se rendre dans la Première Nation de Mattagami.

Mais pour la plupart des communautés, la situation serait beaucoup plus compliquée.

Ainsi, la Première Nation de North Spirit Lake est située à 160 kilomètres de Red Lake. Sauf qu'il n'y a pas de route qui relie les deux communautés. Les 160 kilomètres doivent donc être parcourus par voie aérienne.

La situation est encore plus incertaine pour les communautés plus éloignées du Grand Nord : Kasabonika est à plus de 400 kilomètres du détachement de la PPO de Pickle Lake.

Le cas le plus extrême reste celui de Fort Severn. La communauté la plus nordique de l'Ontario se trouve à plus de 700 kilomètres à vol d'oiseau du poste de la PPO le plus près, celui de Pickle Lake. Cela équivaut à la distance qui sépare Toronto de la ville de Québec.

Le Service de police nishnawbe-aski en chiffres

  • 35 : communautés desservies
  • 2/3 : territoire de l'Ontario sous la responsabilité par la police nishnawbe-aski
  • 134 : nombre de policiers
  • 27 M$ : budget annuel du service policier
  • 48 % : part du financement de l'Ontario
  • 52 % : part du financement du fédéral 

La sécurité est un des enjeux importants de ces négociations : les agents de la police nishnawbe-aski dénoncent le fait qu'ils patrouillent seuls dans leur communauté, sans possibilité d'obtenir du renfort avant plusieurs heures. La vétusté des installations et de l'équipement de même que la parité salariale avec les policiers de la PPO sont également des enjeux.

Depuis hier, des représentants du Service de police nishnawbe-aski et de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) se rencontrent en présence d'un médiateur à Thunder Bay pour tenter de dénouer l'impasse.

Avec la collaboration de Vincent Wallon et Sophie Vallée

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine