Retour

Ottawa financera en partie la voie de contournement à Lac-Mégantic

Se disant « très émue d'avoir cette nouvelle », la mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, s'est réjouie mardi de la volonté du gouvernement fédéral d'investir dans une voie de contournement au centre-ville de sa municipalité.

« C'est une grande nouvelle pour les Méganticois, a affirmé Julie Morin. Je pense que c’est une grande journée. J’ai une pensée pour tous les Méganticois. Ça fait cinq ans qu’on se bat pour une voie de contournement. »

Dans une déclaration écrite envoyée aux médias mardi, le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a annoncé que le gouvernement fédéral fournira « un montant substantiel pour la construction d'une voie de contournement à Lac-Mégantic ».

Depuis la tragédie, de nombreux Méganticois sont inquiets de savoir que le train passe toujours en plein centre-ville avec des matières dangereuses. Plusieurs craignent pour leur sécurité et réclament une voie de contournement.

« Encore aujourd’hui, les risques sont toujours là avec la pente entre Nantes et Lac-Mégantic et la courbe au centre-ville, fait valoir Mme Morin. Au-delà du traumatisme qu’ont vécu les Méganticois, il existe toujours le risque, C'était aussi important pour le développement social et économique de notre ville. »

Pour l'instant, le montant octroyé par Ottawa n'est pas connu. « Mon objectif est d’annoncer les détails avant le 5e anniversaire de la tragédie [en juillet 2018]. Alors, j’invite maintenant les paliers provinciaux et municipaux à collaborer avec nous pour compléter ce projet dans les plus brefs délais », a indiqué le ministre Garneau.

« Les gens de Lac-Mégantic ont été patients, résilients, ils ont travaillé fort et enfin, il y a de l’espoir » a salué le député de Mégantic-L'Érable Luc Berthold, qui dit maintenant souhaiter que les négociations se déroulent « de bonne foi » entre lees gouvernements fédéral et provincial.

Une étude de faisabilité d'un tel projet est en cours et devrait être terminée en 2019. La construction de la voie de contournement pourrait commencer en 2021 ou 2022, un échéancier que n'a pas voulu confirmer Julie Morin. Le coût d'une voie de contournement avoisinerait les 130 millions de dollars.

« De voir un gouvernement fédéral qui prend son leadership dans le dossier, ça va faire en sorte que tout le monde va avoir envie de travailler sur ce projet-là et le concrétiser le plus rapidement possible », signale-t-elle.

L'été dernier, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a publié un rapport sur le projet de voie de contournement ferroviaire de Lac-Mégantic. Deux des cinq scénarios proposés ont été retenus par le BAPE : le maintien du tracé actuel ou la construction d'une voie de contournement.

L'option de voie de contournement retenue par le BAPE prévoit une déviation à partir de l'ouest de Frontenac. La voie de contournement traverserait la rivière Chaudière avant de longer les voies existantes du parc industriel de Lac-Mégantic et de se terminer à l'intersection des routes 161 et 262. Il s'agit également de celle privilégiée par les municipalités de Lac-Mégantic, de Nantes et de Frontenac. Ses coûts sont estimés à 115 millions de dollars.

Un peu d'espoir pour les Méganticois

La Coalition des citoyens engagés pour une sécurité ferroviaire a immédiatement réagi à cette annonce. « L’attente des Méganticois a été longue et pénible. Le procès qui vient de se terminer avec l’acquittement des trois employés de la MMA a été déterminant. Il a rappelé à nos élus que la souffrance de la population de Lac-Mégantic, malgré sa grande capacité de résilience, ne pouvait plus attendre au-delà du 5e anniversaire de cette triste tragédie. [Ce procès] a aussi rappelé à nos dirigeants que la reprise du transport ferroviaire des matières dangereuses au centre-ville de Lac-Mégantic depuis janvier 2014 ne permettait pas le rétablissement de la santé psychologique de la population ainsi que la reprise économique du milieu », a indiqué son porte-parole, Robert Bellefleur.

M. Bellefleur recommande, par ailleurs, au ministre Garneau de poursuivre « avec plus de vigueur le raffermissement des règles régissant la sécurité ferroviaire au pays ».

De son côté, la mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, a annoncé qu'elle réagirait à 15 h lors d'un point de presse tenu dans un hôtel de Montréal.

Plus d'articles