Retour

Ottawa met un frein au projet Resolve du chantier naval Davie

Le nouveau gouvernement libéral vient de bloquer l'attribution du contrat pour la conversion d'un porte-conteneurs en un navire de ravitaillement militaire au chantier Davie.

Un texte de Marc Godbout

Des sources ont confirmé à Radio-Canada qu'un comité du Cabinet refuse de donner pour l'instant le feu vert à ce contrat de près de 700 millions de dollars à la Davie.

L'ancien gouvernement conservateur avait pourtant annoncé, en août dernier, la signature d'une lettre d'intention avec le chantier de Lévis pour doter la marine d'un ravitailleur, le projet Resolve.

La Défense nationale cherche à combler un urgent besoin causé par la mise au rancart plus tôt que prévu des deux seuls navires de ravitaillement de la Marine canadienne.

Le Canada doit compter depuis presque deux ans sur ses alliés de l'OTAN pour alimenter, en carburant, vivres et munitions, ses frégates et destroyers en mission à l'étranger.

Le Cabinet qui s'est penché sur le dossier, jeudi, se donne au moins deux mois avant de décider ce qu'il compte faire.

Or, cette décision pourrait avoir des conséquences importantes pour les contribuables, puisque la lettre d'intention signée par le gouvernement conservateur prévoit qu'une somme de 89 millions de dollars doit être versée à Davie si le contrat n'est pas signé avant le 30 novembre.

Intervention d'Irving?

Des sources affirment que la compagnie Irving Shipbuilding d'Halifax, un concurrent de longue date de Davie, a tenté d'intervenir pour faire dérailler le projet de Davie.

Radio-Canada a obtenu copie d'une lettre qu'a fait parvenir Irving à au moins quatre membres du Cabinet : le président du Conseil du Trésor Scott Brison, le ministre de la Défense Harjit Singh Sajjan, le ministre des Finances Bill Morneau et leur collègue aux Services publics et à l'Approvisionnement Judy Foote.

Dans cette lettre datée de mardi, James D. Irving accuse le gouvernement de ne pas avoir tenu une compétition, malgré une offre conjointe d'Irving et de Maersk qui proposaient aussi de convertir un navire.

« Cela a été fait sur des bases non compétitives, sans transparence et sans une évaluation complète du coût, de l'échéancier de livraison et du risque contenus dans la proposition Ivring-Maersk », dénonce-t-il, entre autres.

Davie a déjà acheté le navire qu'il doit convertir, un porte-conteneurs construit en 2010 en Allemagne qui se trouve au chantier de Lévis.

Dans une déclaration écrite, le constructeur naval de Lévis rappelle qu'il a une entente avec le gouvernement. « Toutes les vérifications ont été complétées avec succès et nous nous attendons à ce que le contrat soit signé avant la fin du mois », peut-on lire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine